Le mannequin grande taille Ashley Graham a droit à sa Barbie

STYLE La poupée embrasse ses formes plantureuses…

20 Minutes avec agences

— 

Ashley Graham
Ashley Graham — WENN

Comme Emmy Rossum, la ballerine Misty Copeland, Zendaya ou encore Ava DuVernay, Ashley Graham a le droit à sa Barbie. Le mannequin grande taille, qui défend régulièrement l’acceptation du corps et les femmes dans les médias, a présenté la poupée lors de la cérémonie Women of the Year de Glamour qui se tenait hier à Los Angeles, et au cours de laquelle elle a été récompensée du prix The Body Activist.

« Est-ce que toutes les petites filles n’imaginent pas avoir une Barbie à leur effigie, a-t-elle confié, comme le rapporte le Huffington Post US. Je ne pensais pas que je ne lui ressemblais pas à cet âge, je pensais simplement qu’elle était parfaite. Si j’avais eu une Barbie de ma corpulence, j’aurais pensé que ma corpulence était normale. Les jeunes filles vont maintenant pouvoir grandir en voyant que leurs corps sont normaux, et je pense que c’est très valorisant, et que ça encourage les jeunes générations. »

Une petite exigence bien à elle…

Ashley Graham a même réussi à faire plier Mattel sur un point capital : l’entrejambe de la poupée ne devait pas avoir de thigh gap. « Le prérequis numéro un, c’était que ses cuisses devaient se toucher, a-t-elle expliqué. Je leur ai dit, ‘’les mecs, on peut faire cette Barbie, mais si ses jambes ne se touchent pas, elle n’est pas authentique’’. »

De son côté, la marque se félicite de ce nouveau partenariat. « Graham élève le niveau de la conversation au sujet de la norme corporelle, et nous pensons que c’est un message très important pour les jeunes filles », a confié Lisa McKnight, vice-présidente de Mattel.

>> A lire aussi : VIDEO. Ashley Graham, mannequin grande taille, adopte le bikini pour tous

La marque souhaite depuis quelque temps prendre activement part au débat sur l’acceptation des formes dans l’industrie. En mars dernier, trois nouvelles silhouettes de Barbie ont été ajoutées à son offre, alors que sept différentes couleurs de peau avaient été proposées l’an dernier.