Depuis le Brexit, Jude Law déprime

HUMEUR L’acteur était favorable au maintien de la Grande-Bretagne dans l’Union européenne…

Caroline Madjar

— 

Jude Law
Jude Law — WENN

Jude Law n’a jamais caché son désir de voir le Royaume-Uni rester dans l’Union Européenne. En mai dernier, aux côtés de plus de 280 autres artistes, l’acteur a même signé un manifeste expliquant ses motivations.

>> A lire aussi : «The Young Pope»: Teaser de la série avec Jude Law en pape

La suite, tout le monde la connaît : le « non » l’a finalement emporté le 23 juin dernier, et depuis, l’acteur ne cache pas sa déception. « Il y a quelque chose de terrifiant dans la foi conservatrice, confie-t-il dans le Telegraph. (…) Je crois qu’il est important de ne pas perdre la raison. Mais en même temps, les choses prennent une direction que je trouve déplaisante et inconfortable. Tout ce qui nous divise plutôt que de nous réunir est inquiétant. J’ai eu quelques semaines de sérieuse dépression après le Brexit, pour être honnête. »

Comme Jude Law, de nombreuses célébrités avaient fait part de leur déception sur les réseaux sociaux à l’issue du vote.

Jude Law, le bien public avant tout

L’acteur, qui s’est également engagé récemment pour défendre les conditions de vie des migrants à Calais, a toutefois eu du mal à se remettre de ses émotions en découvrant les résultats du référendum.

Aujourd’hui, Jude Law veut avant tout aller de l’avant. « J’étais choqué de savoir que je vivais quelque part, où j’ignorais ce que ressentait la moitié de la population, a-t-il ajouté. Au début, j’étais en colère, puis je me suis dit : C’est une situation triste, en réalité, il faut faire quelque chose. Comment comprend-on et reforme-t-on ce pays ? Qu’est ce qu’on avance ? Si ça devient une situation de ‘nous’et ‘eux’, cela ne fera que souligner les problèmes que l’on a déjà. »

Malgré tout, l’acteur, qui vit à Londres, explique que la nationalité britannique lui est toujours « très chère ». « Je ne suis pas un super patriote, mais je me sens clairement anglais sur le marché international, a-t-il conclu sur le sujet. Et ça me rend un peu confus, j’imagine. Séparé, en quelque sorte. »