Swissleaks: Mis en cause à tort, John Malkovich fait condamner «Le Monde»

SCANDALE Le quotidien du soir avait affirmé à tort que l'acteur détenait un compte caché en Suisse...

Vincent Julé

— 

John Malkovich
John Malkovich — WENN

John Malkovich à la une du Monde ? Non pas pour un film, mais pour un rectificatif. Le quotidien du soir a en effet été condamné vendredi en diffamation pour avoir affirmé à tort que l’acteur américain John Malkovich détenait un compte caché en Suisse, dans le cadre des révélations dites SwissLeaks sur la banque britannique HSBC. Le tribunal correctionnel de Paris a en outre condamné Le Monde à publier en une du journal et en page d’accueil de son site internet un communiqué judiciaire, une fois la décision devenue définitive.

>> Swissleaks: Dugarry, Alonso, Rossi… Les sportifs impliqués dans les révélations

« Une enquête d’une légèreté confondante »

Les journalistes auteurs de l’article, Gérard Davet et Fabrice Lhomme, ont été condamnés chacun à 1.500 euros d’amende, le directeur de la publication à 1.000 euros d’amende. Tous trois ont été condamnés à verser solidairement au total 10.000 euros de dommages et intérêts à John Malkovich.

« Nous nous réjouissons de cette condamnation qui rétablit la vérité et qui détermine la responsabilité de journalistes qui n’ont pas hésité, au prix d’une enquête d’une légèreté confondante, à jeter en pâture le nom d’une personnalité, essentiellement parce qu’elle était connue », ont réagi les avocats de l’acteur, Mes Julia Minkowski et Hervé Temime. De leur côté, les journalistes vont faire appel.

>> Swissleaks: Quand Gad Elmaleh affirmait «ne pas avoir de compte en Suisse»

Le gotha des évadés fiscaux

Dans son édition datée du 10 février 2015 et sur son site internet dès le 8 février, Le Monde avait publié une enquête revenant sur le système d’évasion fiscale mis en place par la banque britannique HSBC avec, pour plaque tournante, sa filiale suisse HSBC Private Bank Suisse. Le quotidien citait les noms de plusieurs personnalités ayant détenu, durant la période allant de 2005 à 2007, un compte caché en Suisse. Dans ce que le journal appelait « le gotha des évadés fiscaux » figurait le nom de John Malkovich.

Ses avocats ont fait valoir que l’acteur avait en fait un compte-titres dans une banque qui a été rachetée par HSBC. Ce compte avait été clôturé le 30 novembre 1999, soit un mois avant la création même de HSBC PB, et il avait été dûment déclaré à l’administration fiscale américaine. Ainsi, ont estimé les juges, « il est clair en toute hypothèse que John Malkovich ne peut, par définition, être concerné par le système d’évasion ou de fraude fiscale mis en place pour accueillir les fraudeurs du monde entier. Les journalistes ne disposaient pas d’une base factuelle suffisante et ont manqué de prudence dans l’expression. »