Grande-Bretagne: Kate Moss dans le viseur d’un tueur

MEURTRE Le nom de la top était sur la liste d’un homme qui avait prévu une série de crimes…

20 Minutes avec agences

— 

Kate Moss
Kate Moss — WENN

Kate Moss aurait bien pu finir comme le vendeur de livres Adrian Greenwood : poignardée de plusieurs coups de couteau. En arrêtant l’assassin de M. Greenwood, la police britannique a découvert une liste de plusieurs noms de personnes à tuer sur laquelle figure celui de Kate Moss.

Adrian Greenwood avait 42 ans lorsqu’il a été attaqué mortellement par Michael Danaher dans l’entrée de sa maison, située à Oxford au Royaume-Uni. La mort du bouquiniste avait fait les gros titres à l’époque en Angleterre, car l’homme était notamment connu pour être un grand collectionneur d’Harry Potter, ce qui n’avait pas manqué d’émouvoir le pays.

Une préparation minutieuse

Le procès de Michael Danaher se déroule en ce moment, et il apparaît qu’il avait fait de nombreuses recherches en ligne pour savoir où vivent les célébrités, afin de les cambrioler ou de kidnapper des membres de leur famille. La liste sur laquelle figure le nom de Kate Moss, nommée « Entreprises », a été retrouvée sur son ordinateur.

>> A lire aussi : Kate Moss : des photos gênantes dévoilées sur la Toile

Michael Danaher, âgé de 50 ans, avait déjà fait une tentative chez Adrian Beecroft, un financier, qui vit dans une maison cossue à Hampstead, l’un des quartiers les plus chics de Londres. Grimé en livreur, il avait attaqué la femme de l’homme d’affaires, mais s’était enfui lorsqu’elle avait appelé à l’aide. Comme le rapporte le Telegraph, l’accusé avait ensuite envoyé une lettre à Adrian Beecroft, lui réclamant « plus de 95.000 livres en Bitcoins », ajoutant dans le courrier « Je sais où ta fille va à l’école ».

Michael Danaher a nié être l’auteur des crimes qu’on lui reproche, avant d’avouer à la police avoir tué Adrian Greenwood, qui refusait de lui donner une rare première édition du classique pour enfants The Wind In The Willows. Il s’est depuis rétracté et nie sa culpabilité.