Le chanteur Corneille se raconte dans une autobiographie exceptionnelle

MUSIQUE Dans Là où le soleil disparaît chez XO Editions, il raconte que sa tante l'a violé quand il avait 6 ans, changeant à jamais, dit-il, son rapport aux femmes...

20 Minutes avec agence

— 

 Le chanteur Corneille
 Le chanteur Corneille — D.R.

Dans Là où le soleil disparaît, son autobiographie parue ce jeudi, le chanteur Corneille raconte son parcours exceptionnel. Le 15 avril 1994, à 17 ans, il assiste dans sa maison de Kigali, au Rwanda, au massacre de sa famille. Seul, il prend la route de la République démocratique du Congo avant de rejoindre des amis de ses parents en Allemagne. Mais il a connu d’autres souffrances. A l’âge de 6 ans et demi, il a été victime d’abus sexuels commis par sa tante, Jeanne. Le traumatisme est encore présent dans l’esprit de l’interprète de Parce qu’on vient de loin, qui a aussi vu ses parents, ses deux frères et sa sœur se faire tuer sous ses yeux en 1994 pendant le génocide rwandais.

« J’avais 6 ans et demi quand ma tante a abusé de moi, empor­tant mon innocence d’en­fant avec elle. Cela a eu forcément des répercussions sur ma sexualité et mon rapport aux femmes », a confié l’artiste dans un entretien à Paris Match.

« Les victimes mettent du temps à comprendre qu’elles n’ont pas de responsabilité »

Enfant, Corneille a, dit-il, longtemps culpabilisé. « Comme dans tous les cas d’abus sexuel sur des enfants, les victimes mettent du temps à comprendre qu’elles n’ont pas de responsabilité », a expliqué le chanteur sur le plateau de LCI.

C’est grâce à sa femme Sofia, qu’il a épousée en 2006, et à la naissance de leurs enfants Mérick, 6 ans, et Mila, 9 mois, que celui qui habite au Québec a compris à quel point il avait longtemps souffert de cette terrible expérience. « Jusqu’à ce que je rencontre mon épouse […], je n’avais pas mesuré l’étendue des dégâts du viol dont j’ai été la victime », analyse ainsi Corneille.