Robin Williams «dévasté par sa perte de mémoire»... Sa veuve raconte la maladie de l'acteur

TEMOIGNAGE Susan Schneider Williams s'est confiée sur l'agonie et les symptômes qui ont poussé la star du «Cercle des poètes disparus» à se suicider, en août 2014...

20 Minutes avec agence

— 

Robin Williams à Los Angeles le 7 janvier 2009.
Robin Williams à Los Angeles le 7 janvier 2009. — JIM RUYMEN/NEWSCOM/SIPA

Plus de deux ans après le suicide de Robin Williams, sa veuve, Susan Schneider Williams, s’est confiée sur la maladie du cerveau diagnostiquée chez la star en novembre 2013. Susan Schneider Williams a ainsi expliqué que son mari était atteint d’une forme particulièrement grave de démence à corps de Lewy.

Cette pathologie neurodégénérative aurait fait connaître au comédien anxiété, insomnies, paranoïa et pertes de mémoire au cours des derniers mois de sa vie. L’interprète de Good Morning, Vietnam avait été retrouvé pendu à son domicile californien le 11 août 2014, à l’âge de 63 ans.

Il « n’arrivait plus à se souvenir de son texte »

L’agonie et les souffrances de l’acteur de Madame Doubtfire, sa femme a décidé de les partager dans Le Terroriste dans le cerveau de mon mari, un essai paru mardi dans la revue scientifique Neurology. Objectif : aider les scientifiques à « comprendre [leurs] patients, leurs époux et ceux qui les entourent » et ainsi à « faire une différence dans la vie d’autres patients ».

La femme de Robin Williams raconte notamment que pendant le tournage de La Nuit au Musée 3, la star « n’arrivait plus à se souvenir de son texte, alors que cinq mois avant, il avait joué pendant cinq mois à Broadway (…) avec des milliers de lignes de texte et jamais une erreur. Cette perte de la mémoire et cette incapacité à contrôler son anxiété le dévastait. »

>> A lire aussi : Deux ans après, la fille de Robin Williams apprend à vivre sans son père

« J’ai vu l’homme le plus courageux du monde jouer le rôle le plus difficile de sa vie », confie la veuve, qui a cependant conscience qu’elle ne connaîtra « jamais la véritable profondeur de la souffrance » de son mari, que cette situation a finalement poussé à mettre fin à ses jours. « Robin est et sera toujours un esprit exceptionnel dans le corps d’un homme normal doté d’un cerveau humain », résume celle qui a partagé la vie du comédien pendant sept ans.