Un pirate tente de vendre 3.000 photos de Pippa Middleton volées sur son compte iCloud

GRANDE-BRETAGNE Scotland Yard a arrêté un suspect...

M.C. avec AFP

— 

Pippa Middleton lors d'un événement caritatif à Londres, le 12 septembre 2016.
Pippa Middleton lors d'un événement caritatif à Londres, le 12 septembre 2016. — Jonathan Hordle/Shutter/SIPA

Sous le pseudonyme «Crafty Cockney», le pirate présumé aurait proposé à des journaux des clichés de Pippa Middleton lors d’essayages de sa robe de mariée ou de son fiancé James Matthews en tenue d’Adam. La police britannique a annoncé samedi avoir arrêté un suspect après des articles publiés dans le Sun et le journal Daily Mail affirmant qu'un individu chercherait à vendre 3.000 photos dérobées sur le compte iCloud de la belle-sœur du prince William.

Le Sun a indiqué avoir été contacté via une messagerie cryptée par une mystérieuse personne qui lui a proposé les photos, mais aussi des messages stockés sur le service en ligne d'Apple, contre «un minimum de 50.000 livres» (58.000 euros).

Des clichés du prince George et de la princesse Charlotte

Le pirate informatique a affirmé au journal être en possession de clichés de la jeune femme de 33 ans, de son fiancé James Matthews, mais aussi de William et de son épouse Kate, sœur aînée de Pippa. Parmi les photos dérobées figureraient aussi des clichés du prince George et de la princesse Charlotte, enfants de Kate et de William.

Scotland Yard a indiqué avoir reçu un rapport vendredi concernant le piratage d'un compte personnel iCloud et que des «enquêteurs spécialisés» travaillaient sur l'affaire. Samedi, un homme de 35 ans a été arrêté à une adresse dans le Northamptonshire, dans le centre de l'Angleterre, a indiqué la police, précisant que le suspect était en garde à vue dans un commissariat de police du sud de Londres. «L'enquête continue», a souligné la police.

En août 2014, plusieurs actrices, dont Jennifer Lawrence, avaient été les cibles d'un piratage à la suite duquel des photos les représentant nues, récupérées sur iCloud, avaient été diffusées. Le géant américain Apple avait nié toute défaillance de son système de sécurité, affirmant que les pirates étaient parvenus à répondre correctement à des questions de sécurité, voire même à détourner directement les mots de passe des comptes grâce à des opérations de hameçonnage (phishing).