Génocide arménien: Kim Kardashian s'engage contre la négation dans le «New York Times»

MONDE Une réaction à la publication, en avril dernier, d’une publicité dans un autre quotidien américain, le « Wall Street Journal »…

20 Minutes avec agence

— 

Kim Kardashian salue la foule à Erevan, en Arménie, le 8 avril 2015.
Kim Kardashian salue la foule à Erevan, en Arménie, le 8 avril 2015. — Hrant Khachatryan/AP/SIPA

Kim Kardashian s’est offert une pleine page dans le New York Times ce samedi afin d’y publier une lettre ouverte. Elle réagit vivement à la négation du génocide arménien, notamment à la publication dans un autre quotidien américain, le Wall Street Journal, d’une publicité en avril dernier.

« Quand j’ai appris qu’une page entière de publicité niait la réalité du génocide arménien dans le Wall Street Journal, je n’ai pas pu l’ignorer », écrit la femme de Kanye West. Payée par un groupe pro-turc refusant de reconnaître l’importance des massacres dont on célébrait alors le centenaire, la communication invitait les lecteurs à vérifier les faits pour que la « vérité mène à la paix ».

Sa famille a émigré aux Etats-Unis pour échapper aux violences

La starlette d’origine arménienne s’était rendue dans le pays à l’occasion de la commémoration et, plus récemment, avait critiqué le journal financier sur son blog.

Mais pour que son message ait encore plus d’impact, la star américaine, dont la famille a émigré aux Etats-Unis pour échapper aux violences, a choisi un support encore plus visible pour ce message.

 

>> A lire aussi : Kim Kardashian en Arménie pour l'anniversaire du génocide

« Honorer la vérité de notre histoire »

« La publication par le Wall Street Journal d’un tel contenu est un acte à la fois inconscient, navrant et dangereux. (…) Défendre la négation d’un génocide par le pays qui l’a commis (…) est moralement irresponsable », s’insurge notamment Kim Kardashian.

« De nombreux historiens estiment que si la Turquie avait dû répondre du génocide et avait été condamnée, l’Holocauste n’aurait peut-être pas eu lieu », peut-on également lire. « Nous sommes responsables du message que nous transmettons à nos enfants. Nous avons l’obligation d’honorer la vérité de notre histoire pour protéger leur futur. Nous devons faire mieux que ça », conclut la star.