Renée Zellweger assume sa chirurgie esthétique et répond aux critiques

MISE AU POINT « Peut-être pouvons-nous nous demander pourquoi nous aimons tant assister à l’humiliation de personnes que l’on critique sur leur apparence ou leur personnalité », a notamment dénoncé l’actrice…

20 Minutes avec agence

— 

Renée Zellweger alias Bridget Jones, dans le film «Bridget Jones's Baby», en salles le 5 octobre 2016 en France.
Renée Zellweger alias Bridget Jones, dans le film «Bridget Jones's Baby», en salles le 5 octobre 2016 en France. — Moviestore/Shutterstock/SIPA

Accusée par les médias d’avoir eu recours au bistouri, Renée Zellweger a tenu à clarifier la situation en publiant samedi une tribune publiée sur le Huffington Post. « En octobre 2014, un journal à scandale a écrit que je m’étais probablement fait refaire les yeux (…) Ce n’était qu’un article parmi d’autres dans la montagne d’obscénités qu’on trouve quotidiennement dans ce genre de magazines, avec leurs titres racoleurs », a dénoncé l’actrice de Bridget Jones.

« J’ai effectivement décidé de modifier mon visage et de subir une opération de chirurgie esthétique aux yeux (…) Le fait que des journalistes sérieux l’aient évoqué et que cela soit devenu un sujet de conversation illustre la confusion qui existe entre l’information et le divertissement, et l’obsession sociétale en ce qui concerne le physique », ajoute la star hollywoodienne.

« Nous aimons assister à l’humiliation »

Et Renée Zellweger de confier, en s’adressant non pas aux médias, mais aux lecteurs : « Peut-être pouvons-nous nous demander pourquoi nous aimons tant assister à l’humiliation de personnes que l’on critique sur leur apparence ou leur personnalité. » La comédienne fustige également les gros titres affichant « elle est trop maigre, trop grosse, elle a vieilli… ».

« Le message qui en résulte est problématique pour les jeunes générations et les personnes influençables. Il génère une multitude d’autres problèmes liés à la norme, aux préjugés, à l’égalité, à l’acceptation de soi, au harcèlement et à la santé », estime l’actrice, avant de conclure : « Peut-être pourrait-on davantage s’intéresser aux vrais problèmes qui se posent à nous, et à la manière de les résoudre. »

>> A lire aussi : «Bridget Jones 3»: Renée Zellweger de retour et (un peu) changée