VIDEO. Les stars chargent Donald Trump au son de «Don’t use our songs»

CONTESTATION Une dizaine de stars mettent en garde le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump, qui utilise leurs morceaux de musique dans ses meetings sans accord préalable…

Jérémy Vial
— 
Une dizaine de stars ont participé à un clip de contestation à l'égard du candidat républicain.
Une dizaine de stars ont participé à un clip de contestation à l'égard du candidat républicain. — Capture d'écran / 20 Minutes

Les stars de la chanson et Donald Trump ne sont décidément pas sur la même longueur d’onde. Alors que certaines comme Sia ou encore Rachel Platten ont témoigné de leur soutien à Hillary Clinton la nuit dernière en chanson, d’autres artistes comme Imagine Dragons, Usher ou encore Cindy Lauper ont tenu à faire passer un message pas vraiment en la faveur du magnat new-yorkais.



Une contestation à l’unisson

Ce dernier, qui vient d’être intronisé par le parti républicain pour la course à la Maison Blanche et qui a le vent en poupe dans les sondages, utiliserait des morceaux de musique dans ses meetings, sans en avoir l’autorisation. Pour témoigner de leur vif mécontentement, une dizaine de stars ont décidé de tourner un clip pour faire passer un message à Donald Trump (à partir de 3’25).

Successivement, Usher, Cindy Lauper, Sheryl Crow, Dan Reynolds du groupe Imagine Dragons, Josh Groban, Heart, John Mellencamp ou encore Michael Bolton reprennent les paroles suivantes (en Français) : « Ne chantez pas nos chansons, vous les utilisez mal. Ça peut sembler attirant mais c’est du vol. Le temps que ce tube sorte, vous aurez de la chance si nous ne vous avons pas poursuivi. » Trump, bientôt chantre du téléchargement illégal ?

La ritournelle des polémiques

Mais attention, l’équipe de Donald Trump a plus d’un album dans ses cartons pour assurer l’ambiance aux quatre coins des Etats-Unis. Ces derniers mois, le candidat républicain à l’élection présidentielle - dont le vote aura lieu en novembre - avait varié ses entrées sur scène, au son d’autres artistes tels qu’Adele, Elton John, Queen, R.E.M, The Rolling Stones, Steven Tyler ou encore Neil Young, sans aucun accord.

L’ancien homme d’affaires new-yorkais a pourtant fait de ses meetings l’une de ses forces dans la campagne électorale. Son catalogue musical se réduit donc de plus en plus : il pourra plus puiser dans les morceaux des artistes « contestataires », ni dans ceux qui soutiennent désormais Hillarry Clinton, tels que Lady Gaga ou Snoop Dog.