Squat de santiags sur le dancefloor

- ©2007 20 minutes

— 

Lundi, 22 h au Sens, à Paris dans le 8e. Plus de deux cents invités fêtent la rentrée de Radio FG. L'antenne célèbre son disque d'or pour sa dernière compilation et son disque de diamant pour la collection Dance­floor FG. Pascal Nègre, le big boss d'Universal Music, remet à Antoine Baduel, le PDG de la station, les trophées sous une pluie de flashs. Après la séance photo, on ne parle que de la naissance de la petite Angie Guetta.

Le lendemain, je reçois un mail un rien intrigant : « Elvis est vivant / La Scala / mardi 25 septembre / 21 h. » Le King serait-il de retour après une retraite secrète sur une île déserte<2009>? Que nenni, c'est Nicolas Ullmann, un des agitateurs nocturnes les plus actifs de cette rentrée, qui squatte la méga boîte de Rivoli pour un hommage tout en décibels à Presley. A l'intérieur, 800 personnes trinquent au whisky en guinchant sur de la country. La Sca­la ressemble ce soir à un Buffalo Grill géant décoré avec des drapeaux américains et des vidéos du chanteur sur l'écran qui surplombe la scène. Les vrais fans d'Elvis, la cinquantaine, se frottent aux bébés rockers du 16e sous le regard suffisant des Naast. Je file pendant le concert car mes santiags me font trop mal aux pieds.

Jeudi soir, direction la galerie Celio sur les Champs-Elysées pour le lancement du calendrier des Shop­penboyz. Un concept décalé où des hommes « normaux » posent façon rugbymans. Après quelques coupes, Jérémy Michalak - aucun lien avec Frédéric - par­le médias, audience et bande à Ruquier avec Max, l'animateur radio.

Deux heures plus tard, je cours chez Castel pour le dîner basque donné par Moët où je bavarde avec Fasty, Misty et Loa, trois adorables danseuses du Crazy Hor­se habillées par Jean Claude Jitrois. Ces filles sont d'une gentil­lesse et d'une naïveté ra­res. Lors­qu'elles aperçoivent Bi­xente Liza­razu, elles lui demandent ti­midement de poser avec lui. Le beau gosse ac­cepte illico et claque une bise à Pa­trick Bruel. Minuit, le dîner s'achève et Mia Frye s'élance sur le dancefloor. De quoi partager quelques pas de smurf et entamer une digestion bien sportive. Karl Zéro se sauve discrètement puis tout le monde se dit au revoir. Mia, elle, reste sur la piste à faire tournoyer ses tresses...