Azealia Banks s'excuse après ses propos racistes sur Twitter

PEOPLE Son compte avait été suspendu après une série de messages racistes et islamophobes adressés au musicien Zayn Malik...

M.C. avec AFP

— 

Azealia Banks au festival Coachella, le 10 avril 2015.
Azealia Banks au festival Coachella, le 10 avril 2015. — Rich Fury/AP/SIPA

Elle dit «avoir eu le temps» de réfléchir. Azealia Banks, qui n'en est pas à sa première polémique, s'est excusée samedi pour ses messages racistes et islamophobes adressés à Zayn Malik, ancien membre du boys band One Direction, qui lui ont valu la suspension de son compte Twitter et de nombreuses réactions des internautes. Privée de Twitter, c'est sur Instagram que la rappeuse américaine a adressé «ses sincères excuses au monde».

 

🌎🌏🌍

Une photo publiée par Azealia Banks (@azealiabanks) le 14 Mai 2016 à 15h52 PDT

«Utiliser des insultes/stéréotypes racistes/sexuels dans le but de faire rire ou dénigrer quelqu'un ou un groupe n'est ni juste ni drôle pour personne», a-t-elle ajouté sans jamais nommer Zayn Malik. «En laissant ma colère prendre le dessus, j'ai réussi à insulter des millions de personnes sans raison. Et pour cela je m'excuse profondément».

Habituée des polémiques

La jeune femme afro-américaine de 24 ans s'était lancée dans une diatribe mardi soir contre le musicien britannique aux origines pakistanaises et qui fait désormais carrière en solo sous le nom de «Zayn». «Quand toute ta famille au sens large aura été éliminée par les bons vieux Etats-Unis d'Amérique, est-ce que tu essaieras encore d'agir comme un garçon blanc qui veut se faire passer pour un Noir?», avait-t-elle lâché dans un de ces nombreux messages agressifs, où elle reproche notamment au chanteur de la plagier. Le compte @AZEALIABANKS est depuis suspendu et renvoie à une liste des conditions d'usage de Twitter, qui proscrit notamment «les tweets et comportements injurieux».

>> A lire aussi : Twitter répond aux insultes racistes d'Azealia Banks avec des «selfies au curry»

Elle avait aussi appelé sur Twitter à brûler les maisons de descendants de marchands d'esclaves ou avait apporté son soutien à Donald Trump, affirmant que le candidat républicain ferait un bon président car «il est aussi diabolique que le sont les Etats-Unis».