Pour Depardieu, «Nuit debout ou assis sur la cuvette des chiottes, c'est pareil»

PUNCHLINE En marge de la promotion de son film à Cannes, l'acteur a fait un tour de l'actualité, critiquant le mouvement citoyen et prédisant l'arrivée de Marine Le Pen au pouvoir en 2017...

20 Minutes avec AFP

— 

Gérard Depardieu à l'avant-première de «Marseille» le 4 mai 2016
Gérard Depardieu à l'avant-première de «Marseille» le 4 mai 2016 — Claude Paris/AP/SIPA

Et hop, le provoc' de Gégé. Sur la croisette, Depardieu a fait une incursion remarquée sur le terrain de l'actualité. Pour lui, «le mouvement citoyen «Nuit Debout ou Assis sur la cuvette des chiottes, c'est pareil!», a-t-il lancé dans un entretien dimanche à Nice Matin, à l'occasion de la présentation à la Quinzaine des Réalisateurs de son dernier film, «Tour de France».

«Nuit debout, c'est anecdotique. T'as des cons qui vont comparer à Mai 68, mais qu'est-ce que ça change? Tout cela va se terminer avec la blonde! (NDLR : Marine Le Pen, présidente du Front national)», a ajouté l'acteur français.

Cannes, « c'est complètement porno»

«Il y a tellement de merde en France que c'est très difficile d'y faire sa place, puisque l'on vous prend tout. On prend tout, y compris aux plus pauvres, surtout aux plus pauvres. Raison pour laquelle tout le monde va se retrouver avec une Le Pen au cul», estime l'acteur.

Dans «Tour de France» réalisé par Rachid Djaïdani, Gérard Depardieu interprète un homme qui a perdu sa femme et dont le fils s'est converti à l'islam. «Je n'ai jamais voté de ma vie. J'ai été à un meeting avec Sarko parce que je n'aimais pas la curée qu'il y avait autour de lui. C'était l'hallali», confie l'acteur.

Il en profite également pour critiquer le Festival de Cannes, le qualifiant d'«hystérie collective complètement infertile (...) Aujourd'hui, le fric prend toute sa place, on est loin du cinéma. Cannes ne mérite pas ça». «Il y a de beaux films, mais avant de les voir, il y a tant de merde à passer... Rocco Siffredi monte les marches, deux-trois nanas avec des robes à la con et l'on ne parle que de ça. Les images abreuvent toutes les télés (...) C'est complètement porno. Monter les marches, non merci!», ajoute-t-il.