Australie: La femme de Johnny Depp plaide coupable de falsification dans l'affaire des chiens

JUSTICE Amber Heard a reconnu ce lundi devant la justice s’être rendue coupable d'avoir falsifié le formulaire destiné aux services d’immigration pour faire entre ses chiens en Australie... 

20 Minutes avec AFP

— 

Amber Heard et Johnny Depp, devant le tribunal de Southport, en Australie, le 18 avril 2016.
Amber Heard et Johnny Depp, devant le tribunal de Southport, en Australie, le 18 avril 2016. — Dave Hunt/AP/SIPA

L’affaire avait fait la une de la presse internationale en mai 2015. Arrivés illégalement en jet privé en Australie, les yorkshire-terriers de Johnny Depp et Amber Heard avaient été menacés d’euthanasie. Ce lundi, l’épouse de l’acteur a reconnu devant la justice s’être rendue coupable d'avoir falsifié le formulaire destiné aux services d’immigration pour faire entrer les chiens Pistol et Boo sur le territoire australien.

>> A lire aussi : Les chiens de Johnny Depp échappent finalement à l'euthanasie en Australie

D’après la Australian Broadcasting Corporation, Amber Heard a fourni au tribunal une vidéo dans laquelle elle présente ses « excuses publiques », et impute le pataquès aux employés de Johnny Depp, lesquels étaient chargés de la paperasserie. « C’était une erreur terrible, terrible, a plaidé son avocat Jeremy Kirk. Il n’y a avait aucune intention de tromper. »

La sentence était attendue dans la journée.

Dix jours de quarantaine obligatoires

Johnny Depp, qui incarne le personnage du capitaine Jack Sparrow, tournait alors sur la Gold Coast, haut lieu du tourisme, le cinquième opus des Pirates des Caraïbes, « Dead Men Tell no Tales » (Les morts ne racontent pas d’histoires).

La présence des chiens n’avait été révélée que lorsqu’ils avaient été conduits dans un salon de toilettage, longtemps après leur arrivée. Mais ils avaient déguerpi rapidement après que le ministre australien de l’Agriculture, Barnaby Joyce, les eut menacés d’euthanasie s’ils ne « foutaient » pas « le camp aux Etats-Unis ».

C’est que l’Australie ne plaisante pas avec les animaux importés. Afin d’éviter la propagation de maladies, les chats et les chiens venant des Etats-Unis sont soumis à 10 jours de quarantaine. Les contrevenants risquent de lourdes amendes, voire 10 ans de prison.