«Trop Vite»: Féminisme, éducation et burqa, ce qu'on apprend dans le livre de Nabilla

PEOPLE « Trop vite », le livre de Nabilla Benattia, écrit avec la collaboration de Jean-François Kervéan, sort ce jeudi en librairie…

Clio Weickert

— 

Nabilla sort un livre autobiographique, «Trop vite», à la veille de son procès pour le coup de couteau qu'elle a donné à Thomas, son compagnon.
Nabilla sort un livre autobiographique, «Trop vite», à la veille de son procès pour le coup de couteau qu'elle a donné à Thomas, son compagnon. — Victor Point/20 Minutes

Nabilla is back. Libérée mais sous contrôle judiciaire, l’ex star de la téléréalité a décidé de rompre le silence et d’apporter sa vérité. Notamment sur cette nuit du 6 au 7 novembre, où les secours et la police la retrouvèrent dans une chambre d’hôtel, en compagnie de son petit ami Thomas Vergara, poignardé à la poitrine. Dans Trop vite, écrit en collaboration avec le journaliste Jean-François Kervéan, Nabilla Benattia se livre pour la toute première fois, sur son enfance, son ascension fulgurante dans le monde de la téléréalité, la nuit du drame, son incarcération et son retour à l’air libre. 20 Minutes a sélectionné sept passages.

>> A lire aussi : Nabilla: «Il le fallait pour que je m'en sorte, sinon je serais peut-être morte»

Une éducation très stricte

Fille d’une mère « chrétienne et française » et d’un père « musulman d’origine algérienne », Nabilla a été tiraillé entre deux systèmes d’éducation, et explique avoir beaucoup souffert de la rudesse côté paternel : « Manque de bol, ou peut-être par esprit de contradiction, j’ai été aussi précoce que mon père était strict. Son islam signifiait rester droit en permanence, très digne, sans jamais aller trop loin ni à droite ni à gauche, comme si tu pouvais vivre avec un parapluie dans le cul. Pardon, mais moi je n’ai pas pu ».

Son amour pour Thomas a été commandé par la téléréalité

Si la jeune femme revendique son amour haut et fort, les débuts de cette idylle n’ont rien d’un conte de fées. Dans Trop vite, Nabilla dévoile qu’à l’origine, flirter avec Thomas était l’une des missions de sa participation aux Anges de la téléréalité 5 : « Dès le quatrième jour, elle (la production) m’a demandé de séduire Thomas Vergara, ce » gros « candidat, ex-leader de Secret Story sur TF1. La star du groupe. (…) Toutes les autres filles kiffaient ce garçon sûr de lui, à la réputation de Don Juan. Je n’étais pas sûre de réussir ». Heureusement, elle ne manquait pas d’arguments.

Pas fan du regard des hommes

Malgré les apparences, Nabilla raconte dans son livre que les regards libidineux la répugnent. « Susciter le désir des hommes me dégoûte. Je me suis payé mes seins pour me plaire à moi, et éventuellement à mon mec. Et pour exister, oui. Sans la séduction, j’ai peur de ne pas exister, de n’être rien. Mais que des hommes soient dingues de moi sexuellement m’horrifie. Je suis pas Clara Morgane ».

« Je me suis payé mes seins pour me plaire à moi »

Elle est féministe

Grâce à son père, ou plutôt en réaction à son éducation, Nabilla se sent profondément féministe. « En tout cas, grâce à lui, je suis devenue féministe. A fond. Le rapport à la féminité de certains musulmans est inadmissible, je pourrais signer des pétitions contre cette condition révoltante, qui m’en a fait voir de toutes les couleurs. Mais personne ne m’a jamais demandé de m’engager pour une si noble cause, car Nabilla est une conne de la téléréalité, avec de gros nichons et le quotient intellectuel d’un pois chiche ». Comme quoi, l’habit ne fait pas le moine.

Yeahhhhhh !!!! Bonne journée à tous 🌸 @forte_couture

A photo posted by Nabilla Benattia (@nabillanew) on

Les téléphones en prison

Après l’affaire du couteau, Nabilla a été incarcérée près de deux mois à Versailles. Donc en toute logique coupée du monde, et de Thomas. Erreur ! Dans Trop vite, la jeune femme avoue avoir eu de ses nouvelles grâce à une codétenue en possession d’un téléphone, qui transférait leurs messages. « Nous ne parlions pas du procès, du couteau, des avocats. Nous parlions de notre vie perdue. Des mille petites choses qui nous unissaient encore et toujours ».

Une burqa pour rejoindre Thomas

Après sa libération, malgré l’interdiction de revoir Thomas, Nabilla confie entreprendre très vite de retrouver son amant. Impossible de le faire à visage découvert, la jeune femme envisage de porter une burqa pour se déplacer incognito. « La vision de cette fatma m’a démolie. Un corbeau sans ailes. Après toutes les embrouilles avec mon père, finir par me voiler de la tête aux pieds, non. Non. J’assume pas. Un violent sentiment d’absurdité m’a saisie, j’ai fini par rouler cette loque sous mon lit en ricanant ».

Nabilla et Thomas vivent ensemble depuis sa sortie de prison

Après une première « cavale » fin 2014, nos deux Bonnie and Clyde décident de braver l’interdit, et de risquer le tout pour le tout pour vivre ensemble. Soit quelques mois seulement après la sortie de prison de Nabilla. « La vérité, Thomas le répète souvent, aussi désarmé que moi, est qu’il n’est jamais rentré à Aix après le nouvel an (lorsqu'ils se sont revus pour la première fois depuis la libération de Nabilla). Oui, c’est vrai. Son petit sac de sport, avec trois vêtements, a été son seul bagage, son seul vestiaire pendant des semaines. Nous ne nous sommes plus jamais quittés ».

AMOR OMNIA VINCIT 💍💜

A photo posted by Nabilla Benattia (@nabillanew) on