Royaume-Uni: Le prince William taxé de «paresseux» par la presse après des photos au ski

MONDE La presse britannique regrette notamment le manque d’entrain du duc de Cambridge pour ses obligations officielles…

20 Minutes avec agences
Kate Middleton, le prince William et leurs deux enfants, le prince George et la princesse Charlotte dans les Alpes françaises, en mars 2016.
Kate Middleton, le prince William et leurs deux enfants, le prince George et la princesse Charlotte dans les Alpes françaises, en mars 2016. — Capture d'écran / Twitter

La publication mardi de photos officielles du prince William et de Kate Middleton avec leurs enfants lors de vacances dans les Alpes françaises alimente l’exaspération de la presse britannique.

Les journalistes accusent en effet le duc de Cambridge de rechigner à assumer son rôle d’héritier. Le Sun, pourtant très pro-monarchie, a ainsi titré en une : « Will le paresseux emmène sa famille skier. » Le mois dernier, le tabloïd avait relevé que le prince William n’avait assumé que 122 engagements officiels en 2015 contre 341 pour la reine Elizabeth II, pourtant âgée de 89 ans.


Un prince jugé trop secret sur sa vie privée

Et à ceux qui lui trouveraient l’excuse de vouloir mener une vie ordinaire et d’être très pris par son travail de pilote d’hélicoptère, le Daily Mail répond que le fils du prince Charles ne consacre que 80 heures par mois à son activité professionnelle.

La presse accuse également le prince de trop cultiver le secret sur sa vie privée. Une défiance connue de longue date, le duc de Cambridge tenant en partie responsables les médias dans la mort de sa mère Diana, en 1997.

Les médias frustrés de ne pas avoir découvert le lieu de villégiature du couple princier ?

Malgré tout, « s’il continue à réécrire les règles, alors la presse finira par le faire aussi et il expérimentera, je le crains, ce que veut vraiment dire l’intrusion, comme sa mère l’a endurée », a de son côté commenté l’ancien rédacteur en chef du Daily Mirror, Piers Morgan, dans l’édition en ligne du Mail.

Mais pour Robert Jobson, chroniqueur de la monarchie pour le Evening Standard, la colère des médias vient surtout du fait qu’ils n’aient pas réussi à découvrir le lieu de villégiature de William et Kate. « Ce n’est pas la faute de la famille royale si les tabloïds se sont montrés incapables d’avoir l’information », a-t-il affirmé sur la BBC.