Edouard Baer pousse un coup de gueule contre le gouvernement sur Facebook

POLITIQUE L’acteur Edouard Baer sent que les Français ont une envie, « l’envie d’espérer »…

F.R.

— 

Edouard Baer au Festival de L'Alpe D'Huez, le 16 janvier.
Edouard Baer au Festival de L'Alpe D'Huez, le 16 janvier. — SIPA

« C’est emmerdant les acteurs qui s’expriment sur l’actualité : les indignations, les colères, les coups de gueule : ça sent l’envie de buzz, l’ego qui se rajoute aux autres egos… Et puis c’est si facile l’indignation… » Dans un long post publié dans la nuit de mercredi à jeudi sur son compte Facebook en réaction au remaniement du gouvernement, Edouard Baer devance ses détracteurs, conscient que sa prose allait faire réagir.

C’est emmerdant les acteurs qui s’expriment sur l’actualité ; les indignations, les colères, les coups de gueule : ça…

Posté par Edouard Baer sur mercredi 17 février 2016

« Nous méritons autre chose que ce mépris »

« C’est donc à ça qu'"ils" pensent en ce moment ? C’était si important de libérer Fabius pour qu’il prenne à temps la tête du Conseil constitutionnel ? Si nécessaire de récupérer quelques figures écolos pour affermir la majorité ? Si urgent de nommer l’éternel monsieur Baylet au gouvernement dans le même but ? », s’interroge-t-il, en s’estimant trahi par le gouvernement.

>> Lire aussi : « On ne respecte pas assez l’intelligence à la télé française », déplore Edouard Baer à « 20 Minutes »

Edouard Baer raconte aussi que sa tournée des cinémas français pour les avant-premières d’Encore Heureux – titre en phase avec son coup de gueule – lui a permis de rencontrer « des gens d’autres villes ». Même s’il évoque « les méfiances (…) et les haines de façade », le comédien se dit « sidéré de sentir partout vivante cette envie, l’envie d’espérer ».

« Nous méritons autre chose que ce mépris, ces calculs politiciens d’un autre âge. Nous ne sommes pas des clients. Nous n’attendons pas qu’on nous vende ou même qu’on nous donne mais qu’on nous aide à partager cet espoir. Ou même un mot plus beau parce qu’il dure plus longtemps : l’Espérance », conclut Edouard Baer, dans un élan lyrique qui a été partagé près de 4.000 fois en l’espace de quinze heures. Edouard président ?