Nabilla situe la Suisse en France et se fait moquer par les internautes

PEOPLE Interdite de quitter le territoire français, Nabilla s’est indignée en expliquant sur Twitter que la Suisse faisait partie intégrante de la France…

C.W.
— 
Nabilla Benattia au festival de Cannes en mai 2014
Nabilla Benattia au festival de Cannes en mai 2014 — NIVIERE/VILLARD/SIPA

Parfois, il est bon d’y réfléchir à deux fois avant de tweeter. Alors qu’elle doit se rendre à Lausanne (Suisse) ce samedi pour une séance de dédicaces, le blog de Morandini a mis en exergue le fait que Nabilla pourrait enfreindre son interdiction de quitter le territoire français, en vigueur depuis sa sortie de prison - la jeune femme est suspectée d’avoir poignardé son compagnon Thomas Vergara en novembre 2014.

Visiblement indignée par l’article, la jeune femme a indiqué dans un tweet qu’elle ne voyait pas où se situait le problème, puisque « la Suisse fait partie de la France ». Elle a depuis supprimé le message, mais des twittos avaient pris la précaution de faire une capture écran.

 Nabilla + la géographie = 0 pic.twitter.com/RwZBgdPQ37
— Capucine (@CapucinePiot) 17 Décembre 2015

Son contrôle judiciaire pourrait être révoqué

Les internautes s’en sont d’ailleurs donné à cœur joie pour moquer, avec plus ou moins d’humour et d’élégance, l’approximation géographique de Nabilla…

 @leonnaboo oui mais ça c’était avant : D pic.twitter.com/AbigBTmT7p
— Idiot-Visuel (@Idiot_Visuel) 17 Décembre 2015

 

 "LA SUISSE FAIT PARTIE DE LA FRANCE !" #Nabilla pic.twitter.com/hLS4XM3Syt
— Biba Ash (@MonicaGellerrr) 17 Décembre 2015
 @leonnaboo si la Suisse fait partie de la France, ton cerveau fait partie de quoi ?…#nabilla #suisse #wtf
— Kathleen C. (@PtiLutinChou) 17 Décembre 2015

 

On ne peut s’empêcher de se demander si cette bourde n’est pas plutôt une tentative de vanne mal comprise. Car Nabilla Benattia, qui dispose de la double nationalité franco-suisse, peut difficilement ignorer que la Suisse et la France sont deux pays bien distincts.

Ce qui risque d’être moins rigolo en revanche, c’est ce que risque la jeune femme si elle se déplace bien jusqu’à Lausanne ce week-end. Elle pourrait « être convoquée par les services de police et la révocation de son contrôle judiciaire », a indiqué le parquet de Nanterre, ajoutant que « la révocation du contrôle judiciaire, c’est l’incarcération, et c’est ce à quoi elle s’expose. »