Star Clash Miss France vs Miss Prestige National

GUERRE DES MISS Entre rêve, LOL et scandale, « 20 Minutes » mesure le degré de divertissement des deux principaux concours de Miss dans l’Hexagone…

Clio Weickert

— 

Geneviève de Fontenay et Sylvie Tellier
Geneviève de Fontenay et Sylvie Tellier — SIPA

Et c’est reparti pour le show. Comme chaque année, l’arrivée du père Noël sonne le retour des concours de beauté. Si Miss France doit rendre sa couronne ce samedi 19 décembre, Miss Prestige National quant à elle, devra céder son trône le 16 janvier 2016. Deux compètes, deux présidentes, deux visions du monde (ou presque). Mais sur quel cheval miser ? Le glam d’un côté, ou le tradi de l’autre ? Quel concours fait le plus rêver, ou à défaut, le plus marrer ? 20 Minutes a tenté de départager nos deux compétiteurs en trois rounds.

>> A lire aussi : Découvrez le test de culture générale passé par les 31 candidates

  • Round 1 : Potentiel « étoiles dans les yeux »

Miss France : Rien à redire, question glam, le concours de Sylvier Tellier met le paquet. Robes de princesse, maillot de bain olé olé (le deux-pièces, fallait oser), invités de prestige (Patrick Bruel, Shy’m, Jean-Paul Gaultier etc.), voyages au bout du monde, cadeaux cinq étoiles (cabriolet, iPad, des produits capillaires Saint Algue)… Le jeu en vaut la chandelle. Sans compter sur une soirée d’élection exceptionnelle, projecteurs à gogo et public en délire, diffusée sur TF1, Jean-Pierre Foucault à la clé. La classe à Dallas, comme on dit.

Miss Prestige National : Côté Geneviève de Fontenay, la crise se fait un peu plus ressentir. Niveau look, on baigne dans la vieille France, de la dentelle en veux-tu en voilà, maillots de bain une pièce de mémé, jupes aux genoux… Pour les cadeaux, le père Noël n’est pas bien généreux. Des chaussures, des robes, quelques bijoux, mais point de diamants à la pelle ou de cabriolet. Quant au jury, même si on adore les frères Bogdanov et Danielle Gilbert, c’est un poil moins VIP que chez Sylvie Tellier. Sans oublier que le show ne passe pas sur la télé gratuite, mais sur des chaînes comme 8 Mont-Blanc ou Non Stop People. Un peu moins classieux, donc.

Un point pour… Le point paillettes ne peut revenir qu’à Miss France. Si les candidates sont choupinettes de part et d’autre, le faste à la TF1/Endemol en met plein les yeux. Et on ne se lassera jamais de la musique d’intro entraînante et pleine de promesses. Pour un avant-goût, voici l’une des parures que portera l’une des finalistes le samedi 19 décembre, une création signée Nicolas Fafiotte.

  • Round 2 : Potentiel « LOL »

Miss France : Si Sissi ne vous fait pas rêver, vous préférerez peut-être l’aspect humoristique du programme. Car Miss France, ça peut être en franche partie de rigolade. Chutes en série, torrents de larmes et diadèmes qui dégringolent, l’histoire du concours de beauté ne compte plus les moments lolilol. Sans oublier les passions improbables de certaines candidates, ou le génie des tweetos pour percer la véritable identité de Sylvie Tellier.

 

Miss Prestige National : Le point fort du concours niveau déconne ? Etre à côté de la plaque. On le sait, Geneviève de Fontenay préfère la France d’hier, et est même plutôt fière d’être ringarde comme elle l’avait confié à 20 Minutes. Question costumes traditionnels, on ne lésine donc pas sur le kitsch chez miss Prestige National. Bien au contraire. Parfait pour un super voyage dans le temps, entre nostalgie et gène. La preuve en images : non, ces clichés ne datent pas de 1996.

Le défilé de costumes traditionnels lors de l’élection Miss Prestige National 2015 - Capture d’écran Youtube

Le défilé de maillots de bain lors de l’élection Miss Prestige National 2015 - Capture d’écran Youtube

Un point pour… Ex aequo. Il y en a pour tous les goûts. L’élection Miss France réveillera votre côté sadique, Miss Prestige National vos travers infantiles.

  • Round 3 : Potentiel « scandale »

Miss France : Dernier point, mais non le moindre, l’aura scandaleuse qui entoure les concours. Côté Miss France, on en a généralement pour son argent. Comme une sorte d’épée de Damoclès qui oscille constamment au-dessus de l’élection, les candidates se démènent pour enfreindre les règles. Geneviève de Fontenay ne s’est toujours pas remise des photos « porno » de miss Paris, et cette année encore, une jeune femme s’est fait éjecter du concours pour clichés dénudés. Que nous réserve donc Camille Cerf, la sortante ? Rappelons que Valérie Bègue avait mis la barre haute.

Miss Prestige National : On baigne beaucoup moins dans le scandale de ce côté. D’une part parce que le concours est beaucoup plus récent, d’autre part parce que Geneviève est très stricte quant au règlement. Mis à part un problème de nom original, accusé d’avoir été piqué à Miss Nationale, pas grand-chose à signaler.

Un point pour…​ Miss France bien entendu. Le scandale fait même désormais partie de son ADN, peut-être l’un des aspects le plus divertissant du concours.

And the winner is… Avec 3 points contre 1, Miss France gagne haut la main. A la fois drôle, grandiose et décadent, le programme demeure une référence. A savourer de préférence en groupe, fight en perspective (« quoi ? ! Tu es pour Miss Bourgogne ? ! »), défoulement gratuit et suspense – presque — haletant.