Eva Longoria et ses soeurs, à la sortie de l'hôtel Hyatt, à Paris
Eva Longoria et ses soeurs, à la sortie de l'hôtel Hyatt, à Paris — Reuters

People

Nos reporters ont pris un café avec la mère d’Eva Longoria

PEOPLE – Reportage exclusif...

Notre mission, si nous l’acceptions, relevait autant de la fine investigation que du commando de choc. S’infiltrer au Park Hyatt, l’hôtel chicissime choisi par Eva Longoria et Tony Parker près de la place Vendôme, à Paris.

Arrivée à 11 heures, histoire de sentir l’atmosphère à quelques heures d’un moment si émouvant, que la presse people appelle le «mariage de l'été». Dans le “lobby”, deux mastocs débraillés (jogging et sweat informes) ont l’air de s’ennuyer ferme aux côtés d’une armada de latinas tirées à quatre épingles en chaussures à talons ultra sexys. Sécurité? Non, simplement Rony Turiaf et Boris Diaw, deux collègues de Tony, basketeurs de l’équipe de France et à la NBA.
De dos, une belle brunette au derrière rebondi se fait photographier. «C’est Eva!».
En fait, non. De face, c’est peut-être sa sœur.

A côté de Maman Longoria
Miracle, la table voisine de la famille Longoria est libre. Maman Longoria, veste blanche et pantalon noir, trône au milieu de cinq de ses filles, et encore, on s’y perd. Toutes sur le même modèle qu’Eva (en moins jolies quand même).

Et ça ricane, et ça glousse, et ça se remet du bout de leurs doigts manucurés la bretelle de la robe tombée.
Un couple de touristes british, venus siroter un thé en lisant le «Financial Times», se penche vers nous, reporters incognito, et nous glisse: «could it be any louder?», désignant de la tête la mère d’Eva, qui s’esclaffe.

N’omettant aucun détail, nous visitons les toilettes, aux trousses de mater Longoria, qui se contente de se laver les mains. Et si ce cheveu, là, par terre, était celui d’Eva? Ou celui de Tony? Ah non, c’est vrai, il a le crâne rasé.

Puis direction le 6ème étage de l’établissement, en quête de la suite présidentielle, 260 mètres carrés, 2.500 euros la nuit, celle qu’occupe le couple selon toute vraisemblance.

Pour leurs invités, les deux fiancés ont aussi loué 120 chambres parmi les 178 que compte l’hôtel. Sachant que la chambre la plus “cheap” coûte 650 euros la nuit, et que les trente-cinq suites sont occupées, faites le calcul.

Et la belle arriva
Soudain, à midi, un mouvement de foule. Quelques cris, et des gloussements. Forcément.
Canon en mini-robe rose, Eva rejoint sa tribu dans le hall, lunettes de soleil fumées et talons vertigineux. Sa fratrie l’embrasse, mais pas trop sinon le maquillage se fait la malle.
Puis, toutes les filles se dirigent vers la sortie et s’engouffrent dans un cortège de voitures. Tipi les avait précédées quinze minutes plus tôt. Pour faire le voyage au calme?

Sur le seuil, quelques photographes s’interrogent: «Eva ne peut pas être habillée comme cela pour le mariage civil» (prévu à 15h à la mairie du 4e arrondissement). «Donc elle va forcément repasser se changer ici avant», suppose son voisin. «A moins qu’elle aille se changer ailleurs, cela ne manque pas à Paris les endroits où elle pourrait s’habiller», souffle un troisième.