Francis Lalanne: Des contrôles fiscaux à la pelle l'ont poussé à devenir « SDF »

SOCIETE Le chanteur a vendu tout ce qu’il possédait et est parti « tel un sans domicile fixe à travers la France » avec sa « guitare » et son « balluchon »...

20 Minutes avec agence

— 

Francis Lalanne en août 2014.
Francis Lalanne en août 2014. — BALTEL/SIPA

« J’ha­bite le vent, j’ha­bite les rencontres, j’ha­bite l’in­connu. (…) Si vous me demandez, là, où je vais coucher ce soir ? Je n’en sais rien. Je sais que j’ai un train à prendre, je sais dans quelle ville je vais, je saurai au dernier moment où je dormirai. Et si c’est à l’hôtel, c’est que je n’aurai fait aucune rencontre. Ce ne sont pas des paroles en l’air, c’est la vérité. » C’est en ces termes que Francis Lalanne résumait sa situation à Gala, au début du mois.

« Tel un sans domicile fixe à travers la France »

Le chanteur aux cuissardes et à l’inimitable chevelure avait alors inquiété ses proches. Ces propos, nébuleux, laissant penser qu’il était en proie à de sérieux soucis financiers.

Pas faux. Dans une nouvelle interview, accordée cette fois à VSD et parue ce mercredi, l’interprète de On se retrouvera fait le point sur les raisons qui l'ont poussé à opter pour « la vie de bohème » : « 29 contrôles fiscaux en 25 ans », lâche le chanteur qui évoque un « harcèlement ». Depuis Francis Lalanne a donc choisi de vendre tout ce qu’il possédait et de partir « tel un sans domicile fixe à travers la France » avec sa « guitare » et son « balluchon ».

Une recueil de poêmes et un Cyber-Tour

A 56 ans, c’est donc les services fiscaux qui ont poussé le chanteur à, comme il l’expliquait à Laurent Ruquier il y a quelques semaines, être « un sans domicile fixe mais sans difficultés financières (…) Je vis chez la personne qui va m’héberger, qui va me donner à manger, qui va m’écouter. »

Il n’empêche que le chanteur qui assure écrire « en déambulant sur les trottoirs » et être « de l’école péripatéticienne » vient de publier De mémoire amoureuse, un nouveau recueil de poèmes. Selon Gala, il orga­nise un Cyber-Tour, initié sur YouTube