VIDEO. Baptiste Giabiconi fête sur Twitter le «14 juillet 1945»

PEOPLE Le mannequin et chanteur est devenu la risée du Web ce mardi, il s'explique...

Anne Demoulin
— 
Baptiste Giacobini aux NRJ Music Awards en 2012.
Baptiste Giacobini aux NRJ Music Awards en 2012. — NIVIERE-TV/NMA12/SIPA

Hilarité et consternation sur Twitter. Le mannequin et chanteur Baptiste Giabi­coni a publié ce mardi à l’occasion de la Fête nationale le tweet suivant : « Devoir de mémoire. 14 juillet 1945 – 14 juillet 2015 #70 ans #France #paix #liberté #fier ». Son tweet n’a pas échappé à la vigilance des internautes. Le jeune homme, rapidement devenu la risée du Web, a depuis supprimé son tweet.

Baptiste Giabiconi doit être un pote de Ribéry je crois pic.twitter.com/5Du8khHmTf
— no (@Jo_Rms) July 14, 2015
On savait que @b_giabiconi n'était pas chanteur ni acteur, aujourd'hui on apprend qu'il n'est pas prof d'histoire. On avance.
— Jean-Moundir (@supermegadrivin) July 15, 2015
Arrêtez de vous moquer de Baptiste Giabiconi pour son tweet "14 juillet 1945/14 juillet 2015", il était pas née il pouvait pas savoir
— Pasqua (@pasqualeb2a) July 15, 2015
Je n'aime pas dire du mal des gens, mais c'est vrai qu'il est très beau, Baptiste Giabiconi. pic.twitter.com/c9Z0xWFEtt
— Romain Mallet (@Rom_Mallet) July 15, 2015
Baptiste Giabiconi, sois beau et ne tweete pas. pic.twitter.com/mQvvdvwHMT
— Joseph Sansak (@josephsansak) July 15, 2015
 

Le chouchou de Karl Lagerfeld n’a pas confondu la célébration de la Bastille et la Libération de 1945, a-t-il expliqué ce mercredi sur le plateau du Village Départ sur France 3. « Je voulais simplement célébrer les 70 ans du 14-Juillet après 1945, après la libération », a-t-il affirmé.

«Je connais un petit peu mes classiques !»

« Peut-être que les gens ont mal compris ou fait un amalgame, mais en tous cas, c’était ce que je voulais dire. Peut-être que je me suis mal exprimé… Je sais que c’était le 14 juillet 1789 quand même ! Je connais un petit peu mes classiques ! », s’est-il défendu. Bref, un décompte mal fait qui vire à la Bérézina !