Gianfranco Ferré est mort

MODE Le couturier italien victime d'un accident cérébral...

— 

Théâtrales et précieuses, avec leur profusion de soie froissée et de boutons dorés, les robes de Gianfranco Ferré ont emporté le public hors du temps et de l'hiver.
Théâtrales et précieuses, avec leur profusion de soie froissée et de boutons dorés, les robes de Gianfranco Ferré ont emporté le public hors du temps et de l'hiver. — François Guillot AFP

Le couturier italien Gianfranco Ferré (62 ans), hospitalisé vendredi dans un état critique à Milan (nord) après un grave accident cérébral, est décédé dimanche, a annoncé l'agence Ansa.

Selon l'agence italienne, Gianfranco Ferré avait été hospitalisé à l'hôpital San Raffaele de Milan. Son état se serait aggravé dans la nuit de vendredi à samedi.

Le décès s'est produit à 21h00, selon le certificat médical, précise l'agence. Dès la matinée, l'état de Gianfranco Ferré avait été jugé sans espoir. L'état de santé "du styliste et architecte milanais reste dramatique, en raison de l'ampleur de l'hémorragie cérébrale qui l'a frappé", avait affirmé Ansa.

Des proches de Ferré avait évoqué "une situation d'extrême gravité" estimant que "les espoirs d'une amélioration sont infimes", ajoute l'agence. Gianfranco Ferré, âgé de 62 ans, avait été hospitalisé vendredi et se trouvait depuis en soins intensifs. Le styliste ne se sentait pas bien et il était allé de lui-même passer un contrôle à l'hôpital San Raffaele, mais son état de santé s'est brusquement dégradé, selon l'agence.

Le couturier italien avait déjà été victime de deux accidents cérébraux, dont le premier il y a quatre ans, mais il avait toujours réussi à récupérer, sans pour autant suivre les conseils des médecins, selon la même source. Gianfranco Ferré souffrait également de diabète mais n'avait jamais réussi à modérer son goût pour les sucreries, ajoute la presse italienne.

Né en 1944 à Legnano au nord de l'Italie, le couturier avait une formation d'architecte qui donnait à son style des lignes et des volumes parfaitement équilibrés. Il avait effectivement commencé par suivre des études d'architecte et décroché son diplôme en 1969 à Milan.

«Habiller une femme ou un homme signifie réfléchir en termes de lignes, de volumes, de proportions, disait-il. C'est exactement comme habiller un espace. La différence, réside dans le fait que pour le dessinateur de mode, l'élément de référence est le corps humain, une entité en mouvement.»