Francis Lalanne «aurait pu sombrer dans la drogue» s'il n'y avait pas eu la chanson

PEOPLE Le chanteur se confie sur sa vie dans « Gala » cette semaine…

A.G.

— 

Francis Lalanne en août 2014.
Francis Lalanne en août 2014. — BALTEL/SIPA

Politique, sexe et drogue. Francis Lalanne vide son sac. A l’occasion de la sortie de son recueil de poèmes, De mémoire amoureuse (éditions Fortuna), le chanteur de 56 ans s’est confié sur sa vie dans Gala.

« Des filles m’attendaient nues dans mon lit »

Il est notamment revenu sur sa relation avec les groupies. « On ne peut pas imaginer ce qu’on peut vivre quand on est un chanteur qui commence à toucher un public ado : des filles m’attendaient nues dans mon lit ou planquées dans les armoires des chambres d’hôtels, confie-t-il. Mais j’ai toujours mis un point d’honneur à n’avoir aucun échange amoureux avec une admiratrice. Parce qu’utiliser l’admiration de quelqu’un pour assouvir un besoin sexuel, pour moi, aurait été indigne, une sorte d’abus de position dominante. »

Francis Lalanne s’est aussi confié sur la drogue, avouant qu’« en tant que hippie, [il a] suivi le cursus classique, y compris dans le caractère illicite de certaines substances qu’[il a] pu absorber. » Il va même jusqu’à dire : « S’il n’y avait pas eu la chanson, j’aurais sans doute pu sombrer dans la drogue. Car les paradis artificiels c’est ce que l’on recherche quand on a l’impression de vivre en enfer. » Ma musique a ainsi « remplacé pour ces substances » pour lui : « C’est celle qui me fait planer le plus loin possible. »

« Je vote blanc »

Au sujet de la politique, Francis Lalanne rappelle avoir « initié un mouvement écologique ». « C’était un engagement de citoyen dans lequel je me suis perdu. Je l’ai fait de manière honnête et intègre, mais quand le mouvement que j’ai créé n’a plus été fidèle aux engagements qui avaient été pris vis-à-vis de nos électeurs – on a quand même fait 4 % aux Européennes-, je suis parti », explique-t-il. « Dès qu’on a eu un peu de succès, de pouvoir, les gars qui se battaient avec moi ont commencé à vouloir un siège et donc à vouloir faire des alliances, alors que les gens nous avaient justement suivis sur notre indépendance. » Il finit par dénoncer : « Le système politicien tel qu’il fonctionne aujourd’hui ne peut pas permettre l’éclosion de la sincérité ou de l’authenticité ». C’est pour cela qu’il vote blanc, ajoute-t-il, « dans l’espoir qu’on comptabilise un jour les blancs comme un véritable vote ». Il conclut : « C’est un combat que je mène. Et aujourd’hui, en France, la majorité politique, c’est celle-là ! »