Muriel Robin: « J’ai fait une fausse couche. Aujourd’hui, j’y pense souvent »

SOCIETE La comédienne imagine qu’elle « aurait un grand garçon ou une grande fille » et que sa « vie aurait été complètement différente »…

20 Minutes avec agence

— 

Muriel Robin, le 8 juin 2015, à Paris.
Muriel Robin, le 8 juin 2015, à Paris. — BENHAMOU/SIPA

Le mariage gay, des années de thérapie, sa petite carrière au cinéma ou son grand retour sur la scène du Théâtre de Paris à la rentrée… Muriel Robin s’est longuement confiée aux lecteurs du Parisien. Mais celle qui doit interpréter une maman dans la pièce Momo aux côtés de François Berléand, s’est surtout attardée, sans fard, sur son désir d’enfant inassouvi.

Et l’humoriste de révéler sa fausse couche. « J’ai été enceinte une fois, j’ai fait une fausse couche. Aujourd’hui, j’y pense souvent, inévitablement. J’aurais un grand garçon ou une grande fille, ma vie aurait été complètement différente. En plus, je crois que je suis terriblement maternelle », a glissé Muriel Robin aux lecteurs venus l’écouter, la questionner.

« 60 ans, c’est l’âge d’être grand-mère »

« Le temps a passé. Je n’envisage plus grand-chose : 60 ans, c’est l’âge d’être grand-mère. », a jouté celle qui soufflera ses bougies le 2 août. Toujours franche et un brin nostalgique, Muriel Robin qui a fait tant rire avoue également qu'« une vie sans enfant, c’est une vie à organiser. C’est très difficile de ne se lever que pour soi le matin. Quand on se lève pour personne (…). On peut se lever pour ses parents, puis quand ils ne sont plus là on peut se lever pour la personne qu’on aime, mais bon… ».

Elle a fait « quatre dépressions et un burn-out » mais n’a pas perdu de sa verve et sait toujours alléger l’atmosphère. « La prochaine fois, je prendrai l’option « vie avec enfant », c’est sûr ! », a balancé tout sourire Muriel Robin qui, comme le note Le Parisien, n’a plus rien à cacher.