Sous le coup d'un mandat d’arrêt international, Justin Bieber dément avoir été interrogé par la police italienne

JUSTICE La popstar est recherché par l'Argentine dans l'affaire de l'agression d'un paparazzi...

20 Minutes avec AFP

— 

Le chanteur Justin Bieber, le 14 mars 2015.
Le chanteur Justin Bieber, le 14 mars 2015. — J.STRAUSS/AP/SIPA

Sale temps pour Justin Bieber. Après ses ennuis avec la justice de Miami et celle de Toronto, il est depuis début avril dans le collimateur d'Interpol. Alors que des rumeurs circulent sur un interrogatoire par la police italienne, le chanteur a démenti sur Twitter, mercredi.

«Rumeurs rumeurs rumeurs. Tout va bien. Ça fait partie du job. Heureux en Italie et apprécie toutes les personnes gentilles ici. Merci. Super nourriture», écrit le chanteur.

Des policiers à son hôtel

Selon le site du quotidien La Repubblica, des policiers se sont présentés dans la matinée à l'hôtel Hilton dans lequel séjourne la star canadienne. Interrogée par l'AFP, la préfecture de police de Rome a démenti une interpellation du chanteur de 21 ans.

Il y a une quinzaine de jours, un juge argentin avait transmis à Interpol une demande de mandat d'arrêt international contre Justin Bieber, poursuivi pour l'agression d'un photographe à Buenos Aires lors d'une tournée en 2013. En novembre 2014, le juge Facundo Cubas avait convoqué le jeune chanteur, lui donnant 60 jours pour se présenter dans son bureau, faute de quoi un mandat d'arrêt serait émis.

Parti remise?

Selon le Corriere della Sera, les policiers italiens «cherchent à comprendre si le mandat des autorités argentines est toujours valable et quels sont les accords dans ce domaine entre les deux pays».

Justin Bieber se trouve à Rome pour tourner un clip-vidéo et quelques scènes du nouveau film Zoolander 2 avec l'acteur américain Ben Stiller. Il devrait quitter la capitale italien vendredi.