«Royal baby 2»: Des croissants princiers pour aider à attendre sa naissance imminente

PEOPLE Kate et William ont fait livrer des croissants et des chaussons aux pommes à ceux qui font le pied de grue devant l’hôpital St Mary en espérant les voir arriver…

A.G. avec AFP

— 

Des Britanniques campent devant l'hôpital St Mary à Londres pour la naissance du second enfant de Kate Middleton et du prince William.
Des Britanniques campent devant l'hôpital St Mary à Londres pour la naissance du second enfant de Kate Middleton et du prince William. — Matt Dunham/AP/SIPA

Le prince William et son épouse Kate ont fait livrer des viennoiseries à leurs supporters qui campent depuis une semaine devant l'hôpital St Mary à Londres pour guetter la naissance imminente du nouveau bébé royal.

Un bébé royal pas pressé de montrer le bout de son nez

Les choses se sont animées dans la matinée devant la maternité avec l'arrivée d'un bataillon de journalistes, alléchés par quelques photos postées sur les réseaux sociaux, interprétées comme autant de signes que «c'est pour bientôt».

«Certains nous traitent d'idiots ou de tarés» 

Pas d'image volée de Kate ou de William certes, mais des photos montrant à l'oeuvre des chiens renifleurs de la police. «Ca veut dire qu'on approche du dénouement», a assuré Kathy Martin, pilier de cette poignée d'inconditionnels de la monarchie qui dorment depuis une semaine déjà devant l'établissement.

Pour les remercier de leur dévouement, le palais de Kensington, résidence londonienne de Kate et William, a fait livrer mardi des croissants et des chaussons aux pommes. «Le Duc et la Duchesse voulaient leur dire qu'ils pensaient à eux en leur envoyant un petit-déjeuner», a précisé une source royale.

«Ils (Kate et William) ont dû lire qu'on campait là, dans le froid, car il fait froid, ça je peux vous le dire! Ca montre à quel point ces gens-là sont gentils», a souligné Kathy Martin, 50 ans. «Certains nous traitent d'idiots ou de tarés et disent que la monarchie ne fait rien pour nous. La preuve que si», a ajouté une «collègue», Maria Scott, 44 ans.

Le terme dépassé

Les deux supportrices étaient d'autant plus ravies que la boîte en carton renfermant les croissants, conservée comme une relique précieuse, était fermée d'un ruban rose. «Peut-être le signe que ce sera une fille, ce qu'on souhaite tous ici »

Le Palais a toujours refusé de spéculer sur le sexe du deuxième enfant de Kate et William et n'a jamais confirmé non plus la date prévue de l'accouchement, alors que le Daily Telegraph affirmait lundi que le jour du terme était déjà largement dépassé. John Loughrey, autre inconditionnel, espérait de tout son coeur que le bébé pointerait le bout de son nez mercredi, «parce que c'est le jour du quatrième anniversaire de mariage de ses parents».

Il était visiblement déçu lorsque Terry Hutt, le plus expérimenté d'entre eux, du haut de ses 79 ans, a dit: «Jeudi, ce sera jeudi» que naîtra l'enfant, qui prendra la quatrième place dans l'ordre de succession au trône britannique.