Joey Starr s'inflige des sévices pour accuser la police de violences

VIOLENCES Le rappeur Joey Starr est poursuivi en Belgique pour «faits de rébellion»…

Benjamin Chapon

— 

Joey Starr dans l'émission Un soir à l'Alpe d'Huez le 16 janvier 2015
Joey Starr dans l'émission Un soir à l'Alpe d'Huez le 16 janvier 2015 — Guillaume Collet/SIPA

Joey Starr accusait la police belge de violences. La police belge l’accuse de «faits de rébellion». Arrêté par la police belge dans la nuit du vendredi 19 au samedi 20 avril 2013 à la sortie d’un club de Liège suite à une altercation, le rappeur avait été conduit au commissariat. C’est là que le rappeur aurait été frappé. « J’ai déjà reçu des coups, mais comme ça, jamais, même de la police française, avait-il expliqué. J’étais menotté, je ne pouvais pas réagir. Mais ils me criaient quand même de ne pas bouger et me frappaient.»

La vitre en plexiglas a tenu bon

Lors du procès qui s’est ouvert mercredi à Liège, une vidéo de sécurité a été diffusée montrant la scène en question. Et pour une fois, Joey Starr passe assez mal à l’écran. Selon la chaîne belge RTL, la vidéo montre que Joey Starr s’est frappé lui-même pour faire croire à des violences policières. On y voit l’acteur et rappeur porter «une dizaine de coups de poing contre le mur et la porte, mais également plus de 70 coups de tête extrêmement violents» contre une vitre en plexiglas.

Absent de l’audience, Joey Starr, Didier Morville au civil, aura l’occasion de se défendre à partir 29 avril, date à laquelle a été renvoyée la suite du procès.