«L'ego démesuré» d'Angelina Jolie et le pénis de Michael Fassbender au cœur des emails piratés de Sony

PEOPLE Le cauchemar continue pour le studio...

Philippe Berry

— 

Angelina Jolie à Berlin en novembre 2014
Angelina Jolie à Berlin en novembre 2014 — Michael Sohn/AP/SIPA

On comprend mieux comment le projet de biopic sur Steve Jobs est devenu un tel fiasco que Sony a fini par revendre à Universal. La publication par Gawker d'emails piratés du studio entre une dirigeante et un producteur du film révèle les dessous d'un véritable soap opera. Dans lequel Angelina Jolie et plusieurs autres stars d'Hollywood se font habiller pour l'hiver.

Sur Angelina Jolie, qui voulait que David Fincher abandonne Jobs pour réaliser Cléopâtre:

«Je ne vais pas détruire ma carrière pour une enfant gâtée à peine talentueuse qui n'a fait que repousser (Cleopatra, ndr) pendant 18 mois pour pouvoir réaliser un film (Unbroken)», écrit le producteur Scott Rudin à Amy Pascal, de Sony. Rudin critique encore «la folie et l'ego démesuré» de Jolie, qui n'est, selon lui, qu'une «célébrité».

Sur Michael Fassbender, qui va finalement incarner Jobs, mais dont Sony ne voulait pas:

«Shame (dans lequel Fassbender est nu) te fait juste te sentir mal d'avoir un appareil génital de taille normale», écrit le producteur Michael DeLuca. «Fassbender n'est pas encore une star mais il commence à avoir un impressionnant CV», répond Sony.

A Leonardo DiCaprio, supplié de donner une chance au projet:

«Vous devez être fier d'avoir aidé Marty (Scorsese) à remporter un Oscar. Tous les membres de l'équipe de production veulent vous aider à gagner l'Oscar que vous méritez tellement», insiste l'agent Robert Newman.

Aaron Sorkin, qui voulait Tom Cruise:

«J'ai eu Danny (Boyle, qui réalisera finalement le film) au téléphone. Il est inquiet sur l'âge mais il va y réfléchir. Dans Lions for Lambs, Tom auditionne pour Jobs. Il pourrait surprendre beaucoup de monde.»

David Fincher, sur Adam Driver casté dans Star Wars:

«Adam Driver (de la série Girls) est une très mauvaise idée», répond gratuitement Fincher dans un email pour botter en touche sur une question sensible.

Le producteur à la dirigeante, après de multiples emails d'insultes:

«Avec ton comportement sur ce film, tu as détruit ta relation avec la moitié de la ville», écrit Scott Rudin à Amy Pascal.

Un cadre de Sony sur l'acteur Kevin Hart, qui voulait plus d'argent pour promouvoir son film sur Twitter:

«Je ne dis pas que c'est une pute, mais c'est une pute gourmande», répond le cadre du studio Clint Culpepper, dans une autre série d'emails.