Delarue condamné

— 

L'animateur de télévision Jean-Luc Delarue doit comparaître mercredi devant le tribunal de Bobigny pour ses écarts de conduite lors d'un vol Paris-Johannesburg le 13 février alors qu'il était ivre.
L'animateur de télévision Jean-Luc Delarue doit comparaître mercredi devant le tribunal de Bobigny pour ses écarts de conduite lors d'un vol Paris-Johannesburg le 13 février alors qu'il était ivre. — Philippe Huguen AFP/Archives

La procédure du «plaider-coupable» a payé. L'animateur de télévision Jean-Luc Delarue a été condamné mercredi à un stage de citoyenneté de trois jours. Une peine minimum pour sanctionner son comportement violent et outrageant à l'encontre de personnels navigants d'Air France, lors d'un vol Paris-Johannesburg le 13 février, alors qu'il était ivre.
S'il n'exécute pas ce stage, Jean-Luc Delarue écopera d'une peine de deux mois de prison ferme, fixée à titre subsidiaire mercredi. De plus, l'animateur se serait inscrit à un stage anti-stress d'Air France, selon son avocat Me Kiril Bougartchev.


La vice-présidente du tribunal, Mme Bretagne, a homologué la peine proposée plus tôt par la procureure Nadine Perrin et acceptée par Jean-Luc Delarue, qui était jugé selon la procédure dite du «plaider-coupable». Quelques jours auparavant, il avait reconnu avoir totalement pété les plombs.

Arrivé à 11h30 sous une nuée de caméras et d'appareils photos, alors qu'il était convoqué à 9h, l’animateur s'est retiré plus de 40 minutes avec son avocat et la procureure dans une salle, où la négociation de la peine s'est déroulée à huis clos.

Les trois victimes et Air France ont renoncé à se constituer partie civile, invoquant les excuses présentées par Jean-Luc Delarue et les indemnisations consenties par l'animateur pour le préjudice subi. Selon une source proche du dossier, il aurait en effet versé 50.000 euros aux deux hôtesses et au stewart qui avaient porté plainte.