Affaire Nabilla: L’avocat de Thomas Vergara dénonce «une grande hypocrisie générale»

FAITS DIVERS Pour Thierry Fradet, interviewé par «Var Matin», «la téléréalité, Nabilla, Thomas et bien d'autres n'existeraient pas sans les gens»...

J.M.

— 

Thomas Vergara et Nabilla, en novembre 2013, en Belgique.
Thomas Vergara et Nabilla, en novembre 2013, en Belgique. — FredericAndrieu/AgencePeps//ANDRIEU FREDERIC/SIPA

Alors que la demande de remise en liberté de Nabilla, soupçonnée d'avoir poignardé son compagnon Thomas Vergara et placée en détention provisoire, sera examinée jeudi, Thomas Vergara devait être entendu ce mardi en fin d'après-midi devant le magistrat instructeur au tribunal de grande instance de Nanterre (Hauts-de-Seine).

«On a vécu des scènes folles»

Thierry Fradet, l’avocat de ce dernier, a donné de ses nouvelles dans une interview publiée ce mardi matin dans Var Matin. «Il va comme quelqu’un qui est passé près de la mort après avoir reçu un coup de couteau près du cœur.» Mais l’avocat y dénonce surtout l’emballement médiatique qui a suivi le fait divers. «On a vécu des scènes folles. A l’hôpital, on a découvert de faux médecins, de faux brancardiers. Un paparazzo s’est déguisé en faux malade avec un plâtre.»

Il dénonce dans le quotidien «une grande hypocrisie générale» au sujet de ce fait divers qui accable une vedette de la téléréalité: «Les gens disent s’en moquer, ils décrient ce système, mais ce sont bien eux qui lisent les articles ou regardent les émissions. Les gens n'y sont pas pour rien. La téléréalité, Nabilla, Thomas et bien d'autres n'existeraient pas sans les gens.» Son client s’est d’ailleurs confié sur TF1 dans Sept à Huit dimanche dernier. «C’était pour rectifier un certain nombre de choses qui l’ont profondément affecté», explique l’avocat.