Lady Di: toujours pas de preuve de complot

— 

L'enquête judiciaire sur les causes du décès en 1997 à Paris de la princesse Diana se déroulera en l'absence de jury, a annoncé lundi la juge Elizabeth Butler-Sloss, chargée de cette enquête.
L'enquête judiciaire sur les causes du décès en 1997 à Paris de la princesse Diana se déroulera en l'absence de jury, a annoncé lundi la juge Elizabeth Butler-Sloss, chargée de cette enquête. — John Stillwell AFP/Archives

La juge qui mène l'enquête judiciaire sur la mort de la princesse Diana et de son compagnon Dodi al-Fayed en 1997 a estimé lundi lors d'une audience préliminaire qu'elle ne disposait pas de la «moindre preuve» appuyant la théorie du complot défendue par le père de Dodi.

«Cela m'aiderait énormément si je disposais des preuves de l'équipe de (Mohamed) al-Fayed pour appuyer les allégations qui sont faites car pour le moment pas la moindre preuve ne m'a été donnée sur une seule de ces allégations», a déclaré Elizabeth Butler-Sloss, magistrate de la Haute cour de justice de Londres.

«Pour que je les examine, et en particulier pour que je les présente au jury, j'ai besoin de ces preuves», a-t-elle insisté. «Vous les avez déjà», a rétorqué Michael Mansfield, avocat de M. al-Fayed, affirmant que le prince Charles, héritier du trône britannique et ex-époux de Diana, et le prince Philip, époux de la reine Elizabeth II, étaient des «témoins importants».

La princesse Diana, 36 ans, et Dodi, 42 ans, sont décédés le 31 août 1997 dans un accident de voiture dans le tunnel du pont de l'Alma à Paris, alors qu'ils étaient poursuivis par des paparazzis.

M. al-Fayed est «certain» que Diana et Dodi ont été assassinés par les services secrets britanniques avec l'aval du prince Philip pour empêcher leur union. Il a déjà en vain saisi la justice en France, en Ecosse et en Angleterre, et a engagé ses propres enquêteurs.

Vendredi, il a obtenu que l'enquête judiciaire se déroule en présence d'un jury, allant ainsi à l'encontre d'une décision de la juge Butler-Sloss qui entendait sièger seule.

L'enquête judiciaire, qui constitue une procédure spécifique à l'Angleterre et au Pays de Galles, a pour but de déterminer les causes de décès en cas de mort violente ou inexpliquée.

Elle avait été suspendue en janvier 2004 en attendant les résultats de l'enquête policière dont les conclusions, publiées en décembre dernier, ont établi que la mort de Diana et Dodi était due à un tragique accident, provoqué par la vitesse excessive de leur voiture dont le chauffeur, qui avait trop bu, cherchait à fuir les paparazzis.

L'audience préliminaire s'est déroulée en présence notamment de la soeur de Diana, Lady Sarah McCorquodale, et du major Jamie Lowther-Pinkerton, secrétaire particulier des princes William and Harry, les fils de Diana.