Affaire Hollande-Gayet: Valérie Trierweiler déballe tout dans un livre dont «Paris Match» dévoile des extraits

PEOPLE L'ex première dame revient notamment sur l'affaire Hollande-Gayet...

20 Minutes avec AFP

— 

Valérie Trierweiler, compagne de François Hollande, a décidé de porter plainte pour "diffamation et atteinte à la vie privée" contre les auteurs d'une biographie "La frondeuse", a annoncé mercredi son avocate, précisant que son dépôt était "en cours".
Valérie Trierweiler, compagne de François Hollande, a décidé de porter plainte pour "diffamation et atteinte à la vie privée" contre les auteurs d'une biographie "La frondeuse", a annoncé mercredi son avocate, précisant que son dépôt était "en cours". —

Valérie Trierweiler raconte ses «années enchantées» puis la manière dont elle a vécu, «à terre», la fin de sa relation avec François Hollande, dans un livre publié jeudi et dont Paris Match révèle quelques extraits ce mercredi.

Dans Merci pour ce moment (Les Arènes), la journaliste, officiellement séparée de François Hollande depuis janvier, raconte notamment comment elle a appris l'existence d'une liaison entre le chef de l'Etat et l'actrice Julie Gayet, révélée par l'hebdomadaire Closer.

«L'information Julie Gayet est le premier titre des matinales. (...) Je craque, je ne peux pas entendre ça, je me précipite dans la salle de bains. Je saisis le petit sac en plastique qui contient des somnifères (...) François m'a suivi (sic). Il tente de m'arracher le sac. Je cours dans la chambre. Il attrape le sac qui se déchire. Des pilules s'éparpillent sur le lit et le sol. Je parviens à en récupérer. J'avale ce que je peux. Je veux dormir. Je ne veux pas vivre les heures qui vont arriver. Je sens la bourrasque qui va s'abattre sur moi et je n'ai pas la force d'y résister. Je veux fuir. Je perds connaissance», écrit Trierweiler selon un extrait publié par Paris Match.

La jalousie de Michelle Obama

Trois autres courts extraits sont publiés par l'hebdomadaire, par ailleurs employeur de la journaliste: un relatant les premières réactions de François Hollande lorsque le futur chef de l'Etat a appris, en 2011, l'arrestation à New York de son rival socialiste Dominique Strauss-Kahn, un autre sur la jalousie de Michèle Obama («je me réjouis de ne pas être la seule jalouse», écrit Trierweiler) alors que le président américain se photographiait avec la Première ministre danoise lors des obsèques de Nelson Mandela, et un dernier relatant une irruption de Ségolène Royal lors d'un tête à tête au restaurant.

«Question secrets d'Etat, il (François Hollande) peut dormir sur ses deux oreilles. Valérie parle d'amours, de déchirures et de passions», résume la journaliste Catherine Schwaab dans les colonnes de Paris Match.

François Hollande avait annoncé le 25 janvier la «fin de sa vie commune» avec Valérie Trierweiler.