Tribune sur Gaza: «Nous ne sommes pas antisémites», se défend Javier Bardem

PEOPLE L'acteur ainsi que d'autres personnalités espagnoles, avaient condamné les interventions militaires israéliennes à Gaza il y a quelques jours...

Florence Floux

— 

Javier Bardem et Penélope Cruz le 5 octobre 2013 à Londres, pour la première du film «The Counselor».
Javier Bardem et Penélope Cruz le 5 octobre 2013 à Londres, pour la première du film «The Counselor». — Nathalie Bauer/AP/SIPA

L’acteur espagnol Javier Bardem aura appris à prix d’or ce qu’engendrent les prises de position sur des sujets aussi sensibles… Alors que la star subissait depuis plusieurs jours les critiques sur les réseaux sociaux à la suite de sa tribune -signée par nombre de personnalités espagnoles- contre les attaques militaires israéliennes à Gaza, il a été obligé de s’expliquer, vendredi.

«Alors que j’étais critique quant à la réponse militaire israélienne, j’ai beaucoup de respect pour le peuple d’Israël et une profonde compassion pour leurs pertes. Je suis maintenant étiqueté par certains comme antisémite, comme ma femme- ce qui est l’antithèse de ce que nous sommes en tant qu’êtres humains. Nous détestons l’antisémitisme autant que nous détestons les conséquences horribles et douloureuses de la guerre», s’est justifié le comédien dans un communiqué intitulé «Plaidoyer pour la paix».

«Ces enfants sont nos enfants»

Le comédien oscarisé en 2008 pour No country for old man avait en effet publié il y a quelques jours une tribune sur la situation actuelle à Gaza intitulée «Génocide».

Une prise de position très claire contre les interventions militaires israéliennes en cours au Proche-Orient. «L’horreur que connaît Gaza à l’heure actuelle n’autorise aucune distance ou neutralité», expliquait l’acteur. «Vous ne pouvez pas appeler cela de l’autodéfense lorsque vous tuez des enfants», rapportait ainsi dans sa tribune le comédien. «Ces enfants sont nos enfants, poursuivait Bardem, je ne peux qu’espérer que ceux qui tuent trouveront dans leur cœur de la compassion et seront enfin guéris de ce poison qui ne peut qu’engendrer encore plus de haine et de violence.»

Les réactions de certains éditorialistes n’avaient pas tardé sur Twitter, qualifiant Javier Bardem et sa femme Penélope Cruz, également signataire de la tribune, d'«antisémites».