Le projet d'émission d'Arthur sur France 2 remis en question par son exil fiscal?

TELEVISION La ministre de la Culture Aurélie Filippetti a estimé ce lundi que les contrats passés avec France Télévisions doivent présenter des garanties éthiques irréprochables... 

Sarah Gandillot

— 

L'animateur Arthur dans "Vendredi tout est permis" sur TF1.
L'animateur Arthur dans "Vendredi tout est permis" sur TF1. — TF1

Arthur va-t-il devoir renoncer à son jeu pour France2? L’animateur a proposé pour l’avant-soirée de la deuxième chaîne un nouveau concept, «Ultime question», dont il est le producteur.

Mais ce projet va peut-être être remis en question. Aurélie Filippetti ne veut apparemment pas d’exilés fiscaux sur le service public. Interrogée par BFM Business sur une commande d’une émission à Arthur, la ministre de la Culture s’est exprimée clairement: «Les contrats passés avec France Télévisions doivent présenter des garanties éthiques irréprochables. La domiciliation fiscale en est évidemment un élément important.»

Pas un exemple pour les jeunes

Juste auparavant, Aurélie Filippetti, invitée ce lundi de la matinale de BFM TV et RMC, avait déclaré au sujet de l’exil belge d’Arthur: «C’est extrêmement dommage. Ce n’est pas un bon message qu’on envoie aux citoyens. Ce n’est pas un bon exemple pour les jeunes, surtout quand on est un exemple pour les jeunes. […] Quand on est un animateur télévisé, on est un exemple aussi pour les jeunes».