La descente aux enfers de Britney

— 

Britney Spears a quitté mercredi matin le centre de désintoxication en Californie (ouest) où la chanteuse, qui a provoqué l'émoi des médias américains en se rasant la tête, était entrée de son plein gré la veille, a rapporté mercredi l'hebdomadaire People sur son site internet.
Britney Spears a quitté mercredi matin le centre de désintoxication en Californie (ouest) où la chanteuse, qui a provoqué l'émoi des médias américains en se rasant la tête, était entrée de son plein gré la veille, a rapporté mercredi l'hebdomadaire People sur son site internet. — AFP/KABC Television

Britney Spears serait-elle en plein «burn out», ce pétage de plombs dont parlent les psys américains? Celle qui a fait un carton mondial avec le tube «Baby One More Time» en 1999 (70 millions d’albums vendus) est dans une mauvaise passe. Ces jours-ci, elle est apparue crâne rasé et tatouée, sortant d’une cure de désintox. Pourtant, la crise que traverse la chanteuse a des racines plus anciennes. Historique d’une longue chute.

2002: Britney se sépare de Justin Timberlake, avec qui elle est restée quatre ans. La rupture est très médiatisée (y compris dans un clip de Justin, «Cry Me a River», qui met en scène leur séparation) et des photos montrent la chanteuse crapahutant pompette de fête en soirée.

2003: Sur un coup de tête (ou un coup d’ivresse), Britney se marie en jean et casquette avec un de ses amis d’enfance, Jason Allen Alexander, dans une chapelle de Las Vegas. 55 heures plus tard, le mariage est annulé.

2004: Alors qu’elle est en pleine tournée («The Onyx Hotel Tour»), la chanteuse se blesse au genou et doit annuler une bonne partie de ses concerts. Promotion avortée, les ventes s’en ressentent.

2005: Britney se lance dans la télé-réalité avec son nouveau mari, le danseur Kevin Federline. L’émission, appelée «Britney and Kevin Chaotic», récolte des critiques désastreuses, engendre des parodies en pagaille et fait un flop commercial. Cinq épisodes – peu regardés – plus tard, le programme est recyclé sur un DVD.

La même année, des photos accusent Britney, devenue maman d’un garçon, d’être incapable de s’occuper d’un enfant. Sur l’une, elle conduit avec son fils sur les genoux sans ceinture, sur l’autre, elle manquerait de le faire tomber. Tollé dans la presse US.

2006: Britney et Kevin divorcent. Pour se consoler, la chanteuse se pend aux lèvres de son producteur, Jonhatan "JR" Rotem. Celle qui montrait son nombril parfait n’en finit plus d’enfler et apparaît constamment négligée, tongues aux pieds, kilos débordant du short, culotte à l’air – quand elle en a une. Ses fans s’inquiètent, sa mère la somme de revenir à une «vie normale» et de s’éloigner de Paris Hilton et Lindsay Lohan, ses acolytes de soirées pas très sages.

2007: «World Of Britney», le plus gros site Internet de fans consacré à la star, ferme. La chanteuse s’en excuse publiquement.
Seule et désorientée, elle fait un séjour de 24 heures dans une clinique ultra-stricte de désintoxication à Antigua, avant d’atterrir, la semaine dernière, dans un salon de tatouage et coiffure près de Los Angeles. Et là, elle a ce geste incompréhensible: s’emparer de la tondeuse et ratiboiser sa chevelure. «Ma mère ne va pas être contente», a-t-elle confié, en découvrant son reflet dans le miroir.

Dernier événement en date, un autre aller-retour de Britney Spears dans une clinique de désintoxication. Du coup, son ex-mari, Kevin Federline, vient de lancer un appel aux juges américains pour qu’il puisse s’occuper de leurs deux enfants, dont Britney avait la charge depuis leur divorce. Il sera entendu aujourd'hui par la justice.