Festival de Cannes: Jennifer Lawrence choque avec une «blague» sur le viol

PEOPLE Une remarque de l'actrice à Alfonso Cuarón a été retranscrite par une journaliste, et les internautes s'indignent... 

A.L.

— 

Jennifer Lawrence
Jennifer Lawrence — WENN.COM

Le franc parler de Jennifer Lawrence est souvent rafraîchissant, à Hollywood. Pas cette fois-ci. Samedi dernier, le 17 mai, Jennifer Lawrence était à Cannes pour la promotion d’Hunger Games 3. Le soir, à la soirée Vanity Fair, elle aperçoit Alfonso Cuarón qu’elle n’a jamais rencontrée, pousse un cri et s’exclame: «Je viens de te faire mon cri de femme violée!». La petite phrase aurait pu rester entre l'actrice et le réalisateur de Gravity, mais elle était suivie par une journaliste de Vulture, Jada Yuan, qui a raconté la scène, en toute fin d'un papier

«Elle s'est mise à hurler : "Ahhhhh! Ahhhhh!". C’était des cris de joie. Elle venait de voir Alfonso Cuarón dans la foule», raconte la journaliste selon laquelle Jennifer Lawrence a crié la phrase en lui «attrapant les épaules, en criant "Ahhhhh!!!", en secouant la tête comme une fan complètement folle ou une femme en détresse».

Le blogueur people Perez Hilton a été l'un des premiers à réagir. Il écrit: «On sait que tu es ouverte d’esprit et honnête dans les interviews, mais de là à faire une blague sur un viol?!? Il est évident qu'elle pensait que ce qu'elle a dit lors de cette soirée resterait privé mais, même, ce n’est pas une excuse pour faire une blague sur le viol. Ce n'est jamais drôle, jamais». 

«Une blague est une blague» 

C'est justement l'argument défendu par la journaliste de Vulture, qui le 20 mai, face à la vague d'indignation que suscitait la mauvaise «blague», s'est positionnée sur Twitter en écrivant: «Je comprends l'indignation mais une blague, dans un contexte particulier, est une blague. Elle ne faisait pas une déclaration publique».

L'internaute qui l'interpelle faisait référence à un article du site Crushable, commenté 234 fois et annonçant «la fin de la lune de miel» avec l'actrice. «Elle a sans doute la chance de ne pas avoir connu la situation qui requiert ce type de cri, sinon j'espère qu'elle n'en ferait pas fait une blague». 

Jennifer Lawrence étant l'une des rares stars à ne pas avoir de compte Twitter, elle n'a encore ni commenté, ni présenté ses excuses. 

>> Pour consulter l’édition numérique spéciale Festival de Cannes, située à la fin de votre journal, cliquez ici
Si vous êtes sur mobile, cliquez 
Votre édition spéciale est également disponible dans l’application 20 Minutes- Le journal disponible sur l’Apple Store et Google Play.