Jenifer dénonce le «harcèlement» des paparazzis, Closer lui répond

A.L

— 

Jenifer le 23 mai 2013 en itw pour 20 Minutes
Jenifer le 23 mai 2013 en itw pour 20 Minutes — Jonathan Duron / 20 Minutes

«Cette fois, Closer est allé trop loin dans le mensonge», accusait jeudi Jenifer sur son compte Facebook dans un (très) long message. En cause: un article du numéro du magazine people selon lequel elle «a planté l’équipe de tournage d’une émission de télé [France 2] qui fêtait l’anniversaire de Jacques Dutronc» à Calvi parce qu’elle «n’aurait pas voulu y croiser Nolwenn Leroy.». 

Si elle a manqué ce rendez-vous, explique Jenifer à ses 780.000 abonnés, c’est à cause d’une altercation avec les paparazzis qui l’attendaient à l’aéroport de Paris alors qu’elle allait s’envoler pour Ajaccio. «L’aggressivité des paparrazzis a été cette fois au delà de leurs habitudes, entraînant une violente altercation verbale qui m’a particulièrement secouée, provoquant des douleurs intenses là où il n’est pas bon qu’elles soient en ce moment de ma vie», écrit Jenifer, enceinte de son deuxième enfant, avec le comédien Thierry Neuvic.

«Closer» répond

La directrice de Closer Laurence Pieau a décidé de lui répondre ce vendredi sur le site de l'hebdomadaire, affirmant qu'il n'y avait, à l'aéroport de Paris comme à l'aéroport d'Ajaccio, «aucun photographe missionné par Closer», ni «chargés de mission», envoyés par le magazine pour la suivre «depuis plusieurs semaines» «dans le moindre de ses déplacements». «Closer n'a pas eu connaissance de clash entre Jenifer et des photographes à l’aéroport», poursuit le magazine people. Quant au fait qu'elle ait «planté» l'équipe de tournage pour l'hommage à Jacques Dutronc, Closer «maintient toutes ses informations». «Alors qu'elle était attendue (...) Jenifer et son compagnon passaient du temps dans ce qui pourrait être leur prochain pied à terre dans l’ile de beauté».

«Il paraît que c'est une rançon. Elle est dure à porter»

Jenifer expliquait sur Facebook qu'une fois arrivée en Corse, parce qu'après l'altercation «les douleurs s’étaient intensifiées», elle avait «fait venir un médecin en urgence» qui «constate un problème lié au sur-stress mais surtout à l’accumulation due à ce harcèlement quotidien» et la contraint à rester alitée. «Le magazine semblait donc avoir prévu de m'afficher en couverture à n'importe quel prix», «il leur a fallu, face au manque d'informations, inventer une histoire bien trash pour leur appel de Une.»

«Voilà l’envers du décor de ces couvertures de presse à scandale. Il paraît que c'est une rançon. Elle est dure à porter», conclut la chanteuse de retour à Paris, sans l'étape par Calvi, pour préparer la finale de «The Voice» ce samedi.

>> Jenifer, la pire ou la meilleure des coachs de «The Voice»?