Bel attelage et belles montures

©2006 20 minutes

— 

Mercredi, 19 heures pétantes, le marathon nocturne s'ouvre par l'inauguration de la joaillerie Karati. Le créateur japonais invite ses clients à découvrir sa boutique rue de l'Alma. Un coup d'oeil furtif sur les bijoux et me voilà à bord d'une vieille Bentley rutilante. Direction le Pavillon Ledoyen sur les Champs où a lieu le cocktail dînatoire. Pendant le trajet, je cuisine le chauffeur. « Non, non, je n'ai jamais eu d'accident avec cette voiture. Mais il faut faire attention : le système de freinage est un peu obsolète et la panne d'essence menace toujours. Elle consomme 35 litres au 100 tout de même. »

Arrivé à bon port, je guigne, entre deux sushis, les journalistes nippons qui délaissent le buffet pour se jeter sur nos stars hexagonales. Nathalie Baye capte l'attention. Alessandra Martines et Aure Atika font un petit tour et puis s'en vont. Le lendemain, je file aux Salons du Louvre pour le lancement de « Miami Ink », l'émission de tatouages diffusée sur Discovery. Deux cobayes volontaires se font encrer en live alors qu'un homme tatoué de la tête aux pieds parade en string sur le podium. La performance est jalonnée d'histoires drôles sur ses différents dessins corporels : « Celui-ci représente une femme sans tête, un pléonasme me direz-vous... » Détail important, même les serveuses au bar semblent sortir tout droit d'un rade d'Hell's Angels.

Toujours en cuir lui aussi, Jean Claude Jitrois expose vendredi soir les oeuvres de Rankin, un des photographes londoniens les plus hype du moment, dans ses appartements privés. Une bise, un shot de vodka et je rentre hiberner. Le lendemain, en dépit du froid polaire, j'embarque mes platines iPod pour mixer du vieux rock'n'roll au Cub Superbar. La nouba se finit tard, mais je me lève tôt pour aller bruncher dans le carré VIP de l'hippodrome de Vincennes. Les petits chevaux du Prix d'Amérique courent vers la ligne d'arrivée comme les candidats à la présidentielle. Je conclus cette chronique par une pensée pour B*Bop, légendaire percussionniste et figure des nuits parisiennes, qui nous a quitté la semaine dernière. Repose en paix « papi » !