Non-lieu prononcé pour Bob Dylan, accusé d'injure par une association croate

JUSTICE Le chanteur américain avait été mise en examen en novembre à Paris pour «complicité d'injures publiques» et «provocation à la haine»…

J.M. avec AFP

— 

Bob Dylan, le 22 juillet 2012, au festival des Vieilles Charrues à Carhaix, en Bretagne.
Bob Dylan, le 22 juillet 2012, au festival des Vieilles Charrues à Carhaix, en Bretagne. — David Vincent/AP/SIPA

Un non-lieu a été prononcé par une juge parisienne en faveur de Bob Dylan, qui était accusé d'injure par une association croate, a annoncé à l'AFP mardi l'avocat du chanteur américain, Me Thierry Marembert. La légende du folk-rock américain avait été mise en examen en novembre à Paris pour «complicité d'injures publiques» et «provocation à la haine» après une plainte avec constitution de partie civile datant de décembre 2012 du Conseil représentatif de la communauté et des institutions croates de France.

Un entretien traduit de la version américaine de «Rolling Stone»

Cette organisation visait une interview de Bob Dylan publiée en octobre 2012 par la version française de Rolling Stone. L'entretien était traduit de la version américaine du magazine. Dans cette interview, portant notamment sur son engagement historique dans le mouvement pour les droits civiques des Noirs, Bob Dylan déclarait: «Si vous avez du Ku Klux Klan dans le sang, les Noirs peuvent le sentir, même encore aujourd'hui. Tout comme les juifs peuvent sentir le sang nazi et les Serbes le sang croate».

Pas d’accord pour l’édition française

La juge instruisant le dossier Bob Dylan lui a accordé un non-lieu mardi en observant que le chanteur avait donné son accord à la publication de l'interview dans l'édition américaine du magazine, mais pas dans l'édition française. La juge a cependant ordonné le renvoi en correctionnelle pour «injures publiques» et «provocation à la haine» du directeur de publication de l'édition française de Rolling Stone.