Patrick Bruel refuse de chanter dans les communes dirigées par le Front national

PEOPLE Une position qu’il avait déjà tenue en 1995…

A.G.

— 

Patrick Bruel au Parc des Princes le 28 septembre 2013.
Patrick Bruel au Parc des Princes le 28 septembre 2013. — JEFFROY GUY/SIPA

Patrick Bruel est formel. Ne comptez pas le voir se produire à Fréjus (Var), Beaucaire (Gard), à Mantes-la-Ville (Yvelines) ou toute autre ville conquise par le Front national aux dernières élections municipales. Le chanteur a déclaré au magazine Technikart paru cette semaine: «Même si je peux comprendre que des électeurs désespérés répondent à un discours populiste, je ne veux pas me produire devant une institution dont je méprise l’idéologie».

Patrick Bruel avait déjà tenu cette position lorsqu’en 1995 le Front national avait remporté trois villes du Sud-Est: Marignane, Orange et Toulon. Casser la voix avait exprimé son rejet du FN à ce moment-là, un parti qu’il qualifiait de «xénophobe et raciste», et avait annulé les concerts prévus dans ces villes.

Evoquant l’affaire Dieudonné, l’ancien parrain de SOS Racisme plaide pour la création d’une nouvelle organisation visant à lutter contre le racisme. «Un nouveau mouvement s’impose pour résister au scandale de l’immonde Jour de colère qui renvoie aux heures les plus sombres de notre Histoire.»