Carla Bruni estime que l’affaire Hollande-Gayet «ne peut pas être privée»

PEOPLE L’ex-première dame de France a donné son avis sur la liaison entre le président de la République et l’actrice Julie Gayet dans une interview au «New York Post»…

A.G.

— 

L'ex-première dame de France, Carla Bruni-Sarkozy, photographiée le 7 décembre 2010 à Bombay
L'ex-première dame de France, Carla Bruni-Sarkozy, photographiée le 7 décembre 2010 à Bombay — Lionel Bonaventure AFP

«Je ne veux pas faire partie de la meute.» En janvier dernier, Carla Bruni-Sarkozy refusait de commenter l’affaire Hollande-Gayet et d’accabler le Président exposé à des révélations sur sa vie privée. Trois mois plus tard, l’ex-Première dame de France sort de son mutisme.

Interviewée par le New York Post, Carla Bruni-Sarkozy a déclaré: «En France existe une loi censée protéger la vie privée. Mais une loi de ce type n’existe nulle part ailleurs dans le monde… En France, on est toujours ambivalent. On va dire "Oh, c’est ma vie privée". Mais c’est de l’argent public, n’est-ce pas? Donc ça ne peut pas être privé.» Et d’ajouter: «Si les magazines français ne publient pas ce genre d’articles, les magazines belges le feront, et ça sortira partout.»

La femme de Nicolas Sarkozy a toutefois souhaité «le meilleur» à François Hollande et concédé: «Diriger un pays n’est pas simple. Les temps sont difficiles. C’est très étrange ces histoires de transparence, où tout le monde peut vous filmer. Comme si tout le monde pouvait vous espionner.»