Agnès Soral: «Mon frère Alain est prêt à tout pour être célèbre»

J.M.

— 

Agnès Soral à la soirée du 28e Gala de l'aide à l'enfant réfugié, au à Paris, le 23 septembre 2013.
Agnès Soral à la soirée du 28e Gala de l'aide à l'enfant réfugié, au à Paris, le 23 septembre 2013. — PJB/SIPA

«Il est prêt à tout pour être célèbre», déclare Agnès Soral au sujet de son frère. Mais dans une interview au Nouvel Observateur, la comédienne Agnès Soral prend complètement ses distances avec son frère, Alain Soral, essayiste d’extrême-droite et proche de Dieudonné M’bala M’bala, accusé d’antisémitisme. Au site de l’hebdomadaire, elle explique qu’elle «ne côtoie plus son frère depuis des années». Et demande désormais aux journalistes de ne plus seulement écrire le nom Soral pour désigner son frère, afin «d’éviter l’amalgame», qui lui est «préjudiciable professionnellement et dans [sa] vie».

Au civil, Agnès Soral, qui a atteint la reconnaissance du grand public pour son rôle dans le film Tchao Pantin (1983), s’appelle Agnès Bonnet. Elle explique au Nouvel Observateur que son frère «souffrait de ne pas être connu» et qu’après 1991, il a pris le pseudonyme de sa sœur.

Cette clarification de l’actrice de 53 ans a été motivée suite à son «projet de documentaire-fiction Venezuela». Son producteur français lui a indiqué dans une lettre: «Suite à l’actualité intense de ces derniers jours concernant le soi-disant spectacle de Dieudonné et les propos engagés et négationnistes de ton frère Alain Soral, le gouvernement vénézuélien nous demande de justifier ta présence dans le film.» Agnès Soral ajoute: «Le pire dans cette histoire, c'est que mon frère sera ravi d'apprendre que sa notoriété dépasse les frontières.»