Karine Le Marchand engage une action en diffamation contre Lilian Thuram

A.G. avec AFP

— 

La présentatrice de «L'Amour est dans le pré», Karine Le Marchand, le 12 décembre 2012, à Paris.
La présentatrice de «L'Amour est dans le pré», Karine Le Marchand, le 12 décembre 2012, à Paris. — BENAROCH / SIPA

Karine Le Marchand n’a pas du tout apprécié l’intervention de Lilian Thuram, son ex, au «Grand Journal» de Canal+. Le 17 octobre dernier, l’ancien défenseur de l’équipe de France de football ne s’était pas contenté de quelques confidences sur sa vie privée. Il a réglé ses comptes avec son ex, en montrant en direct un SMS que lui aurait envoyé la présentatrice de «L’Amour est dans le pré».

Cinq jours plus tard, l'animatrice de télévision Karine Le Marchand annonce qu'elle engage une action en diffamation contre son ex-compagnon. «Cette action fait suite aux propos tenus par M. Thuram il y a quelques jours sur Canal+», a précisé à l'AFP l'avocat de Karine Le Marchand, Me Jean Ennochi. «Karine Le Marchand considère que les propos (…) sont vulgaires, mensongers et dégradants, et portent atteinte à son honneur et à sa considération», précise un communiqué publié mardi par l'avocat à la demande de sa cliente.

Au «Grand Journal»,  le footballeur retraité avait par ailleurs affirmé qu'après leur séparation, début septembre, Karine Le Marchand lui avait fait une demande de compensation pour «les années passées ensemble», ce qu'il avait refusé. Depuis, selon lui, l'animatrice n'aurait eu de cesse de le menacer: «J'ai dit non. Elle m'a envoyé un SMS, m'a dit qu'elle allait me détruire, détruire mon image. Ces paroles ont été prononcées le 3 septembre, le 3 au soir elle a déposé une plainte et le soir, je suis convoqué par la police». Il avait assuré n'avoir jamais été violent avec la jeune femme ni avec aucune femme et dit «avoir été pris dans quelque chose de surréaliste».

Une plainte pour violences conjugales retirée

Karine Le Marchand a porté plainte le 4 septembre, puis retiré cette plainte, contre Lilian Thuram qu'elle a accusé de violences conjugales à son encontre. Ce retrait n'éteignant pas l'action publique, le footballeur retraité a écopé le 18 septembre d'un rappel à la loi.