Nouvelle inculpation dans l'enquête sur les photos de Kate Middleton seins nus

PEOPLE Il s'agit d'un photographe travaillant pour une agence basée en région parisienne…

20 Minutes avec AFP
— 
Le magazine Closer qui titre sur Kate Middleton le 14 septembre 2012.
Le magazine Closer qui titre sur Kate Middleton le 14 septembre 2012. — G. LABARTHE / 20 MINUTES

Un photographe a été mis en examen le 26 juillet dans l'enquête  sur les photos seins nus de Kate, duchesse de Cambridge, parues en  septembre dans le magazine Closer, a-t-on appris ce vendredi auprès du  parquet de Nanterre.

Un premier chasseur d'images avait déjà été mis en examen en juin  pour «atteinte à la vie privée par fixation ou transmission d'images  d'une personne», et cette nouvelle inculpation était attendue. Les  photographes travaillent tous deux pour une agence basée en région  parisienne.

Plusieurs mises en examen ces derniers mois

Contactés, ni le cabinet d'avocat représentant Closer ni le  conseil des époux princiers, Me Aurélien Hamelle, n'étaient joignables  dans l'immédiat pour commenter cette information. Ces inculpations  succèdent à celle, début juillet, de la directrice de la rédaction du  titre de presse people Closer, Laurence Pieau, qui avait diffusé les clichés de la duchesse de Cambridge.

En avril, Ernesto Mauri, représentant légal du groupe de presse Mondadori France, propriétaire de Closer, Valérie Suau et Marc Auburtin, respectivement photographe et directeur général délégué du quotidien La Provence avaient aussi été mis en examen. Le 7 septembre, une semaine avant Closer,  le quotidien du sud de la France avait fait paraître à la Une des  photos de Kate Middleton en maillot de bain. La direction de La Provence avait toutefois démenti que sa photographe soit l'auteur des clichés de la princesse seins nus.

D’autres journaux européens avaient publié les clichés

Parues le 14 septembre, les photos «topless» diffusées par Closer montraient Kate Middleton prenant un bain de soleil  sur le balcon d'une propriété privée du sud de la France. Elle était  alors en vacances dans le Luberon avec son époux, le prince William.

Ces images avaient été publiées dans d'autres quotidiens européens, notamment Chi en Italie (qui appartient aussi à Mondadori), le magazine people suédois Se och Hör, et son équivalent danois Se og Hoer.  Le couple princier avait contre-attaqué sur le plan judiciaire,  déposant une plainte au pénal visant à identifier le ou les paparazzi.