Zahia fait son retour médiatique avant le procès de Ribéry et Benzema

PEOPLE Alors que s'ouvre mardi le procès de Ribéry et Benzema pour «l'affaire Zahia», Zahia Dehar a fait son retour médiatique sur le plateau de «7 à 8», dimanche sur TF1...

Emilie Cazal

— 

Zahia, à la fin de son défilé de lingerie au palais de Tokyo, le 23 janvier 2013
Zahia, à la fin de son défilé de lingerie au palais de Tokyo, le 23 janvier 2013 — BENAROCH/SIPA

Je suis une poupée d’image, une poupée de son. Zahia Dehar, la prostituée mineure de «l’affaire Zahia» devenue créatrice de mode, égérie et femme d’affaires, a fait un retour médiatique dans l’émission «7 à 8», dimanche, sur TF1. Dans une interview très contrôlée, la jeune femme est revenue sur l'affaire qui porte son nom, et sur le procès s'ouvre mardi pour Frank Ribéry et Karim Benzema accusés de sollicitation de prostituée mineure.

La jeune femme a maintenu que les accusés ignoraient totalement qu'elle était mineure au moment des faits. 

Mais l'émission était surtout pour Zahia l'occasion de donner une image d'elle bien différente de celle de la call-girl mineure du fait-divers de l'époque. «Quand il y a eu le scandale c’était horrible pour moi. J'étais cataloguée, je n’avais plus d’avenir.»

Première de la classe

Celle qui a aujourd'hui 21 ans est revenue sur son enfance. «J’étais toujours la première de ma classe, j’adorais les mathématiques. Quand j’étais petite je voulais être pilote d’avion». Elle confie aussi un goût précoce pour le maquillage et la danse orientale, acquis par le visionnage de «films égptiens des années 50 et 60»

Elle raconte ensuite le divorce de ses parents, le départ de l'Algérie pour la France à l'âge de dix ans. «Je ne parlais pas très bien le français, on allait de maison en maison, la première année, j'ai changé d'école tous les mois et j'ai compris que je ne pourrais jamais rattraper le niveau, étaille-t-elle en écrasant une larme, c’est ça qui m’a fait le plus mal. Comme une partie de moi partait, il me restait plus que l'autre partie, la féminité et j'ai décidé de tout capitaliser sur mon physique»

Interrogée sur ses sources de revenus et le «palais de princesse» qu'elle habite, Zahia affirmé que son train de vie «était le fruit de son travail» Alors qu'elle présentera une collection à la fashion week et qu'elle ouvre une boutique éphémère de pâtisserie-lingerie, elle a lancé: «les pâtisseries, je trouve qu’elles sont comme les femmes. On admire tous les patisseries, c’est beau, c’est sucré»