Ça refoule sévèrement au Baron

©2006 20 minutes

— 

Semaine sous le signe de Jamel. Lundi dernier, 20 h 30, une trentaine d'anciens combattants rompent le jeûne du ramadan au Planet Hollywood. Invités par Jamel Debbouze, ils viennent assister à une projection privée d'Indigènes. A l'entrée de la salle, l'acteur accueille ses convives : « Tout va bien, Chirac a fait le boulot ! » Jamel n'est pas là pour se faire mousser. La presse n'a pas été avertie de l'événement... Deux heures plus tard, l'émotion est à son comble. Le générique de fin prend des airs de recueillement général.

Après deux nuits de cocooning avec ma douce, je reprends du service jeudi lors de l'inauguration du Club Superbar, le nouveau spot tendance de Pigalle. Le petit bouge ultra-design est déjà devenu le QG des comiques du Jamel Comedy Club qui jouent tous les soirs au Théâtre de Dix Heures. Quelques bises et je file à la réouverture de la boutique Antik Batik dans le Marais. Ambiance bon enfant, on se lâche sur le champ'. Vincent McDoom se fait flasher à tout va. Minuit sonne, tout le monde se fixe rencard au Baron. L'ancien « bar à hotesses » recyclé en « usine à branchés » fête ses 2 ans. La nouba a pour thème les années 1920. Mais devant la porte du micro-club, on s'imagine plutôt être à Versailles. Est-ce pour cela que Kirsten Dunst y avait ses habitudes pendant le tournage de Marie-Antoinette ? Une horde de bouffons en smoking font les paons pour entrer au château. Ils se matent en chiens de faïence et abusent du name dropping. « Mais je vous jure que je connais le patron ! » Impassibles, les videurs se la jouent prohibition, mitraillettes en plastoc à la main. D'un air dédaigneux, le physio prend un malin plaisir à refouler tout ce qui bouge. Le Roi-Soleil brille à la nuit tombée. Un couple tente sa chance et essuie un refus catégorique : « Toi OK, mais ta copine, pas possible ce soir ! » Pathétique... On se croirait sur « L'île de la tentation ». Seule différence, les filles ont des franges et les garçons des cartes gold. C'est ce bon vieux Darwin qui serait heureux, la sélection naturelle bat son plein chez les modasses.