Exil fiscal: Pour Depardieu, la censure du Conseil constitutionnel «ne change rien»

PEOPLE L'acteur confirme son souhait de rester en Belgique...

© 2012 AFP

— 

Pour Gérard Depardieu, la décision du Conseil constitutionnel de censurer la taxation à 75% des contribuables les plus aisés "ne change rien" à son installation en Belgique, dit-il dimanche dans Le Parisien.
Pour Gérard Depardieu, la décision du Conseil constitutionnel de censurer la taxation à 75% des contribuables les plus aisés "ne change rien" à son installation en Belgique, dit-il dimanche dans Le Parisien. — Johannes Eisele afp.com

Il reste en Belgique. Pour Gérard Depardieu, la décision du Conseil constitutionnel de censurer la taxation à 75% des contribuables les plus aisés «ne change rien» à son installation en Belgique, dit-il ce dimanche dans Le Parisien.

«Il faut les laisser parler», lance dans Le Parisien Dimanche l'acteur français, exilé fiscal à Néchin en Belgique, à propos des responsables politiques. «Tout cela m'est complètement égal. Cela ne change rien», affirme Gérard Depardieu, assurant que la décision du Conseil constitutionnel ne le fera pas changer d'avis sur son départ pour la Belgique.

Mesure emblématique

Par ailleurs, le chanteur Didier Barbelivien, qui a toujours payé ses impôts en France, estime dans le journal qu'«il y a des réformes de fond plus importantes à faire pour trouver de l'argent».

Le Conseil constitutionnel a infligé samedi un camouflet au président François Hollande en annulant la taxation à 75% pour les plus riches contribuables, sa mesure la plus emblématique et controversée, que le gouvernement a aussitôt promis de rétablir dans une nouvelle version. De son côté, l'opoosition n'a pas manqué cette occasion de se réjouir, parlant d'un «échec des huit premiers mois de François Hollande».