Kate et William: Pas encore né, leur futur enfant est déjà une star sur Internet

PEOPLE Sur la Toile, médias et internautes saluent l'heureux événement annoncé par le couple princier...

M.Gr.

— 

Kate et William, au Royal Albert Hall de London (Royaume-Uni), le 11 mai 2012
Kate et William, au Royal Albert Hall de London (Royaume-Uni), le 11 mai 2012 — HUSSEIN SAMIR/SIPA

Kate is pregnant! Et la nouvelle de cette grossesse princière n’est pas passée inaperçue sur Internet. Plus d'un an et demi après leur mariage, le prince William et son épouse Kate, tous deux âgés de 30 ans, ont annoncé lundi qu'ils attendaient leur premier enfant, en troisième position pour accéder au trône d'Angleterre.

Autant dire qu’au Royaume-Uni, la nouvelle est largement commentée, faisant la Une de la quasi-totalité de la presse britannique, y compris du Guardian, quotidien de gauche antimonarchiste. Le Daily Telegraph, royaliste, s'interrogeait quant à lui sur une possible grossesse gémellaire. Et tentait même un portrait-robot des futurs bambins du couple princier, publiant également une vidéo revenant sur cette annonce «dans les  medias étrangers», qui ne présente que des extraits vidéo de journaux des Etats-Unis.

De son côté, le Daily Mail y allait également de son petit album photos de familles, mettant en parallèle les deux parents du futur enfant.

Pour les bookmakers anglais, l’annonce de cette naissance est surtout perçue comme la promesse de nombreux paris à venir. Car les supputations vont bon train, notamment, sur les prénoms, rapporte Le Nouvel Obs.

Le prénom Shaniqua largement retweeté

Sur Twitter aussi, la nouvelle a été largement relayée. Notamment par le Premier ministre britannique, David Cameron, qui s’est d’ailleurs fait chambrer en retour, un utilisateur de Twitter lui rappelant la fois où il avait oublié sa fille dans un pub.

 

 

Car le réseau social n’était pas le dernier pour envoyer de la grosse blague sur le sujet. Même si, selon Gawker, les «twittos» pousseraient le comique de répétition un peu loin au sujet du nom du futur enfant. Le fait que le prénom Shaniqua soit retweeté toutes les 1,5 seconde, adossé au hashtag #UnlikelyRoyalBabyNames, n’a pas été jugé très drôle, d’après le site. ()

 

 

Toujours sur Twitter, des comptes -plus ou moins drôles- consacrés à l’enfant se multiplient d’ailleurs à vu d’œil. De @theroyalbaby à @TheBabyRoyal en passant par @RoyalFoetus, les internautes rivalisent en effet d’imagination, alors que le @Queen_UK’s official Shop, vend déjà de la layette inspirée par la future naissance.

 

 

 

 

Quant au reste du monde, la nouvelle a également été largement annoncée et commentée, comme en France, où Le Figaro y consacrait une partie de sa Une ce mardi. Aux États-Unis, le président américain Barack Obama y est même allé de son message de félicitations et en Australie, le chef de gouvernement, Julia Gillard, a lui aussi salué sur Twitter cette grossesse qui « va apporter de la joie à tellement de gens partout dans le monde ».

 

 

Boris Becker sur Instagram

Son homologue néo-zélandais, John Key, a même qualifié l'annonce de « fabuleuse ». http://johnkey.co.nz/archives/1568-Prime-Minister-congratulates-Royals-on-baby-news.html et l’ancien champion de tennis Boris Becker s’est fendu de sa photo Instagram.

 

 

Et si l’annonce de ce futur (heureux) événement a été assombri par l'hospitalisation à l'hôpital King Edward VII, dans le centre de Londres, de Kate, en raison d' «hyperémèse gravidique», la nouvelle a également relancé la nécessité de finaliser la réforme des règles de succession qui prévoient toujours qu'une fille du prince William ne pourra « accéder au trône que si elle n'a pas de frère », a expliqué à l'AFP le professeur Rebecca Probert, du département de droit de l'université de Warwick (centre de l'Angleterre).

La naissance de jumeaux serait d’ailleurs un «casse tête» pour l’accession au trône, rappelle le site canadien LaPresse.ca, qui relaye les nombreuses «unes» consacrées à la naissance de probables «twins». 

En attendant d’avoir la réponse -le ou les bébés sont attendus au printemps- les articles et sites consacrés à la grossesse de Kate devraient se multiplier. De quoi renforcer un peu plus la popularité record dont jouit déjà la monarchie britannique.