Un faux air de famille

© 20 minutes

— 

Alors, autobiographique ou pas, le premier film de Valeria Bruni- Tedeschi derrière la caméra ? « J’ai l’impression de devoir me justifier, on me culpabilise presque avec ces questions éreintantes : “ Et votre famille, comment elle a pris le film ? ” Mais comment elle a pris quoi ? J’ai fait un film ! » Et oui, n’en déplaise aux curieux, Il est plus facile pour un chameau... sera sur les écrans demain, sans passer par la case scoop des magazines en mal de révélations. Valeria Bruni-Tedeschi a fait un film, pas un portrait de famille. Mais si les gens s’acharnent, c’est que la belle s’amuse à brouiller les pistes. Tenez, prenez sa vie : avec des parents musiciens, un frère et une soeur sublime (quelqu’un m’a dit qu’elle s’appelle Carla Bruni), Valeria est issue d’une riche famille d’industriel turinois, venue s’installer en France à la suite de menaces des Brigades rouges. Elle y découvre le théâtre au sein de la fameuse troupe des Amandiers de Nanterre de Patrice Chéreau. La voilà comédienne. Dans le film, Valeria est Federica, riche héritière d’une famille italienne, avec un frère et une soeur sublime qui a une guitare... Et comme pour mieux vous égarer encore, elle confie le rôle de sa mère à... sa propre mère ! « Elle a passé des essais et elle était vachement bien. Ça ne m’arrangeait pas trop parce que cela me semblait quand même compliqué. Mais elle était la plus drôle et la plus fantaisiste alors... » Et quitte à avancer démasquée, la réalisatrice se choisit comme actrice. « Le métier de comédienne est la seule chose que je connaissais, c’était idiot de m’en priver. » Bref, autant de miches de pain bénit pour les mordus de croustillant. « On peut parfois discuter des heures sur un souvenir. Là, il est filtré par une personne, puis par des scénaristes et des acteurs. Et après on vous demande si c’est vrai ! Mais vrai quoi ? Dans un gâteau, il y a de la farine, du sel, du sucre, des raisins. A la limite, on peut enlever les petits raisins et se demander d’où ils viennent. Mais tout le reste... Où est passée la farine ? C’est devenu un gâteau, c’est tout ! » A déguster dès demain sans modération. Valeria est aussi une pâtissière inspirée. Charlotte Lipinska - Photos : Cédric Martigny

Carla Bruni (chanteuse). « J’étais touchée de voir comme le film ressemble à ma soeur. C’est vraiment elle, avec toute sa fantaisie, sa cocasserie et même ses maladresses. J’y retrouve sa façon de voir la vie, quelque part entre le tragiquement gai et l’heureusement triste... » Noémie Lvovski (réalisatrice et coscénariste du film) « Nous sommes amies depuis quinze ans. Quand on se voyait, au café, elle me disait : “ Tiens, regarde, j’ai fait parler deux personnages... ” Je l’ai aidée en lui lançant des pistes, mais c’était incroyable de voir à quel point son écriture révélait déjà son envie de réaliser. »